Accueil Présentation Contenu Galerie Répertoire Lieux Thèmes

 

Robe de crèpe et coiffure de dentelles
année 1844

Les modes parisiennes, gravure n° 48 de 1844 - Reproduction © Norbert Pousseur
Robe de crèpe - Coiffure de dentelle des Magasins de Mme Beaudoux,
rue de la Paix, n°2 - Couronne de fleurs

Ensemble de toilettes. — Négligé du matin. — Bonnet en mousseline brodée, garni de Valenciennes, noué sous le menton, avec une petite barbe dessus, relevée de chaque côté à la paysanne ; robe de chambre en cachemire blanc, brodée sur les revers du devant de la jupe, du corsage et des manches, en soutache à dessins turcs ; poches entourées d’un revers brodé de même; pantoufles ouatées, piquées; mouchoir brodé au point de chaînette, deux rangs de gros pois.
Toilette de promenade. — Robe de pékin satiné, ornée de rubans plissés, posés en échelle sur le devant de la jupe ; revers au corsage et aux manches, bordé de rubans; chapeau de velours foncé, avec oiseau de paradis de la couleur du chapeau; grande pèlerine en martre ou en hermine.
Toilette de soirée. — Robe de satin ouverte sur un tablier couvert de dentelles; des nœuds de rubans, au nombre de trois ou cinq, doivent retenir la robe de chaque côté ; berthe en dentelle ; bijoux anciens ; chapeau Montpensier avec plume frimatée ; mouchoir brodé en malines.
Toilette de bal. — Robe de crêpe à cinq rangs de ruches découpées, au milieu desquelles passe un ruban; le crêpe doit être coupé de manière que le ruban se cache sous chaque pli et forme carreau : c’est la robe blanche que notre dessin reproduit aujourd’hui ; la robe rose est aussi en crêpe ; elle est ornée de rouleaux de satin autour de la jupe et de la tunique, qui est ouverte de chaque côté. La coiffure est composée d’une barbe de dentelle qui tourne autour de la nate et vient s’attacher d’un côté par une rose. Une autre toilette de bal, très en faveur, se compose de trois jupes de tulle, relevées de distance en distance par trois bouquets : la jupe de dessus relevée à droite, la seconde au milieu et plus bas, la troisième du côté gauche et distancée de même.

On porte aussi beaucoup de robes de satin relevées soit par un seul bouquet, soit de chaque côté de la jupe. Avec ces robes plus sérieuses les coiffures telles que petits-bords, résilles, turbans, vont très bien et sont généralement adoptées.


Loménie de V.

Extrait des Modes parisienne, du 28 janvier 1844


Précédent : Robe de velours
et robe de damas
Toutes les gravures anciennes de mode Suite :Robe en popeline de soie et costume de ville

 

Cette vue peut être agrandie,
jusqu'à environ 6 fois sa taille d'origine
( la gravure d'origine telle que cadrée en haut de page, mesure 16x22 cm)

 

 


Haut de page

droits déposés
Dépôt de Copyright contre toute utilisation commerciale
des photographies, textes et/ou reproductions publiées sur ce site
Voir explications sur la page "Accueil"

Plan de site Recherches Liens e-mail