Accueil Présentation Contenu Galerie Répertoire Lieux Thèmes

 

Nicolas et Pierre Mignard

peintres
nés à Troyes en 1608 et 1610
mort en 1668 et 1695

 

Nicolas et Pierre Mignard personnages illustres du département de l'Aube - reproduction © Norbert Pousseur
Illustration de la carte de l'Aube
(1883 - Atlas Migéon - Vuillemin)
Copyright NPousseur

 

Si vous voulez toute la liste des M
cliquez ici

 

In dictionnaire Moreri de 1725
MIGNARD ( Nicolas ) natif de Troyes en Champagne, & frère de Pierre Mignard surnommé le Romain qui succéda en 1690 à M. le Brun, dans les charges de premier peintre du roi, & de directeur & chancelier de l'académie royale des peintures, & qui mourut en 1695 âgé de plus de 80 ans, laissant une fille mariée à Jude comte de Feuquières lieutenant général pour le roi à Toul, était un excellent peintre, qui excellait, surtout dans le coloris. Leur père qui s'appelait Pierre, & qui avait servi le roi de France dans les armées l'espace de vingt ans, laissa liberté à ses deux fils de suivre l'inclination qu'ils avaient pour la peinture. Nicolas en apprit les commencements chez le meilleur peintre, qui se trouvait pour lors à Troyes: & pour se fortifier dans sa progression, il alla étudier à Fontainebleau d'après les figures antiques qui s'y trouvent, & d'après les peintures du Primatice. Mais voyant que la source des beautés qu'il étudiait, était en Italie, il en voulut faire le voyage. L'occasion de certains ouvrages l'arrêta quelque temps à Lyon; mais beaucoup plus à Avignon, où il devint amoureux dune fille, qu'il épousa à son retour d'Italie, ce qui le fit appeler Mignard d'Avignon. Après avoir passé deux ans à Rome, & quelques années à Avignon chez son beau-père, il fut appelé à la cour de France par le roi, qui l'avait connu à son passage à Avignon lors de son mariage avec l'Infante d'Espagne en 1659. Mignard étant arrivé à Paris, y fut employé pour la cour & pour des particuliers en divers ouvrages, où il donna des preuves de sa capacité. Il fit quantité de portraits; mais son talent était plutôt pour les histoires. Il inventait ingénieusement & se plaisait à traiter des sujets poétiques. Le feu de son imagination  était pourtant médiocre, & il compensait cela par beaucoup d'exactitude  & par une grande propreté dans son travail. Le trop grand attachement qu'il y avait le fit mourir d'hydropisie en 1668 au grand regret de tous ceux qui l'avaient connu; car il n'était  pas moins honnête homme, que bon peintre. Il était alors recteur de l'académie de peinture, laquelle assista à ses funérailles, dans l'église de Feuillants à Paris, où il est  enterré. De Piles, abrégé de la vie des Peintres.

In Biographie universelle de Feller - 1860
MIGNARD (Pierre), surnommé Mignard-le-Romain, à cause du long séjour qu'il fit à Rome, naquit à Troyes en 1610, et mourut à Paris en 1695. Il fut destiné par son père à la médecine; mais les grands hommes naissent ce qu'ils doivent être: Pierre Mignard était né peintre. A l'âge de 12 ans, il peignait des portraits très-ressemblants. Dans le cours des visites qu'il faisait avec le médecin qu'on avait choisi pour l'instruire au lieu d'écouter, il remarquait I'attitude du malade et des personnes qui rapprochaient, pour les dessiner ensuite. Il peignit a 12 ans la famille du médecin. Ce tableau frappa les connaisseurs; on le donnait à un artiste consommé. Ses progrès furent si rapides, que le maréchal de Vitry le chargea de peindre la chapelle de son château de Coubert en Brie: il n'avait alors que 15 ans. On le fit entrer ensuite dans l'école de Vouet, et il saisit tellement la manière de son maitre, que leurs ouvrages paraissaient être de la même main. il quitta cette école pour aller à Rome. Son application à dessiner d'après l'antique et d'après les ouvrages des meilleurs maîtres, surtout d'après ceux de Raphaël et du Titien, formèrent son goût pour le dessin et pour le coloris. Il avait un talent singulier pour le portrait; son art allait jusqu'à rendre les grâces délicates du sentiment; il ne laissait échapper rien de ce qui pouvait non seulement rendre la grâce parfaite, mais encore faire connaître le caractère et le tempérament des personnes qui se faisaient peindre. De retour en France, il fut élu chef de l'académie de Saint-Luc qu'il avait préférée à l'académie royale de peinture, parce que Le Brun était directeur de celle-ci. Le roi lui donna des lettres de noblesse, et le nomma son premier peintre après la mort de Le Brun. Ce peintre avait une douceur de caractère attrayante, un esprit agréable, et des talents supérieurs, qualités qui lui firent d'illustres amis. Il se trouvait souvent avec Chapelle, Boileau, Racine et Molière. Ce dernier a célébré en vers le grand ouvrage à fresque qu'il fit au Val-de-Grâce. Mignard aurait été un peintre  parfait, s'il eût mis plus de correction dans son dessin, et plus de feu dans ses compositions. Il avait un génie élevé, et il donnait à ses figures des attitudes aisées. Son coloris est d'une fraîcheur admirable, ses carnations vraies, sa touche légère et facile, ses compositions riches et gracieuses. L'abbé de Monville a  écrit sa Vie, 1730, in-12.

Voir aussi le texte de Wikipedia pour Nicolas et Pierre Mignard

 

 

 

 

 

 

 

Haut de page

droits déposés
Dépôt de Copyright contre toute utilisation commerciale
des photographies, textes et/ou reproductions publiées sur ce site
Voir explications sur la page "Accueil"

Plan de site Recherches Liens e-mail