Accueil Présentation Contenu Galerie Personnages Lieux Thèmes

Page de garde de l'Abrégé de la vie des plus fameux peintres - Reproduction © Norbert Pousseur

Jules César Procaccini
(Giulio Cesare Procaccini)

peintre lombard

né en 1548 et mort en 1626 (ou 1574 - 1625 ?)

Jules Cesar Procaccini, peintre italien - Reproduction © Norbert Pousseur

 

 

Gravure et texte extrait de l'ouvrage 'Abrégé de la vie des plus fameux peintres' d'Antoine Joseph Dezallier d'Argenville, édition de 1762, collection personnelle.

Jules Cesar Procaccini doit sa naissance à la ville de Bologne, en 1548 et ses premières instructions à son père Ercole. La sculpture fut d’abord son occupation ; le bruit du marteau, la dureté des pierres et du marbre commença à le dégoûter. Un peu de jalousie causée par la réputation de son frère Camille, le gain qu’il lui voyait faire dans la peinture, se joignit à ce dégoût, et le détermina à se faire peintre.

Jules quitta bientôt la manière de son père pour s’attacher aux Carraches, chez qui il fit de grands progrès. Un jour qu'Annibal se moquait de lui, au sujet d’un dessein qu’il avait fait d'après le modèle, Jules le frappa très rudement à la tête ; ce qui les brouilla ensemble. Tous les Procaccini sortirent aussitôt de Bologne avec leur père, et vinrent s’établir à Milan, en 1609. Ils trouvèrent dans cette ville un grand protecteur, en la personne du Comte Pirro Visconti.
Obscurcis à Bologne par les Carraches et les autres peintres, ils n'auraient jamais eu un crédit aussi grand, que celui qu’ils acquirent à Milan. Cet avantage peut être balancé par le tort qu’ils se sont fait à eux-mêmes en quittant l’école des Carraches, dont la belle nature était l’unique objet, En quittant cette école, leur goût de peinture devint bizarre, sauvage, maniéré, gigantesque.

Jules s’était fait un grand goût de dessein avec une liberté de main surprenante ; il fut longtemps à Rome, à Venise et à Parme, occupé des ouvrages de Michel-Ange, de Raphaël, du Corrège, du Titien et des autres fameux artistes. Il le fit une manière qui tenait de tous ces grands maîtres, mais qui n’a jamais pu l’élever jusqu'à eux. Les têtes du Corrége étaient de son goût, ainsi que le mouvement et l'action que le Tintoret donnait à ses figures.
On s'aperçut, à son retour à Milan, que sa manière de peindre était infiniment meilleure ; ce qui porta son nom dans toute l'Italie ; il affectait de s’éloigner de son frère Camille. Moins capricieux, moins résolu que lui ; mais plus correct, plus étudié et plus naturel, en même temps plus sévère. Son goût de couleur est vigoureux, sa composition grande, son génie facile ; quand il voulait arrêter la fougue de son pinceau, il suivait la nature, il avait de la vaguesse, une franchise de style, et ses tableaux sont enrichis de tous les attributs qui peuvent y convenir. En faut-il davantage pour être un des premiers peintres de son temps ?

Jules devint chef d’une fameuse académie qui attirait toute la jeunesse de ces cantons là ; il parlait bien des autres peintres, estimant beaucoup ce qui était bon, et se taisant sur le mauvais ; jamais il ne s’enorgueillit de ses succès et du nombre de ses disciples qu’il traitait doucement : ces manières le firent aimer de estimer de tout le monde. On le manda à Gênes, en 1618, pour orner le palais Doria, et il travailla beaucoup pour le Roi d’Espagne. Après ces grands travaux, Jules revint à Milan, où il jouit d’une fortune considérable ; enfin, il mourut en cette ville, en 1626 à l’âge de soixante-dix-huit ans.

Son neveu, Ercole Juniore, fut son élève, ainsi que plusieurs autres, qu’il serait trop long de nommer.

Carlo-Antonio Procaccini fut le moindre des trois frères ; il s’était appliqué d’abord à la musique, qu’il quitta pour la peinture. Dans le paysage, les fleurs et les fruits, il s’acquit tant de réputation, qu’il n’y avait aucun cabinet en Italie qui ne possédât de ses ouvrages.

Son fils Ercole Juniore peignit d'abord des fleurs dans le goût de son père ; mais étant devenu élève de Jules-César son oncle, il fît plusieurs tableaux d’Eglise, et soutint longtemps l'académie. Il travailla beaucoup pour la ville de Turin, et particulièrement pour le Duc de Savoie, qui honora son mérite d’une chaîne d’or avec son portrait. Il mourut, en 1676, à l'âge de quatre-vingt ans.

Les desseins du Procaccini sont terminés avec un trait de plume, lavés au bistre et relevés de blanc au pinceau ; ils sont assez corrects et bien composés. Les attitudes forcées, les contours extraordinaires, les yeux pochés, des figures trop sveltes, sont des marques essentielles qui caractérisent la main de Jules-César Procaccini.

Ses ouvrages sont répandus dans toutes les Églises de Milan. On voit au dôme, plusieurs miracles de saint Charles, entr’autres, le saint qui sauve de l’eau un enfant qui se noyait ; à san-Fedele, maison professe des Jésuites, un crucifiement, avec saint François-Xavier qui embrase la croix ; dans l’Eglise de saint Antoine-Abbé, une annonciation, les tableaux des côtés et le plafond sont des traits de la vie de la Vierge ; tout est de sa main ; à san-Celso, une transfiguration ; et dans l’Eglise de la Madona presso san-Celso, on voit un Christ mort et un saint Sébastien ; dans le cloître du couvent de san-Angelo, un Christ mort, que pleurent plusieurs Anges ; dans la Chiesa del Giardino dei Zoccolanti une adoration des mages, et les astigmates de saint François ; à san-Carlo dei Scalzsi, la Vierge qui met une couronne de perles à sainte Thérese, accompagnée de saint Joseph et de plusieurs autres saints ; aux Capucins de sainte Prassede, une flagellation du Sauveur ; dans la chapelle du collège des Magistrats de la ville, saint Barnabé et saint Sébastien, avec quelques sujets de l’histoire de Constantin ; dans la galerie de l’Archevêché, les épousailles de sainte Catherine, une Madeleine, un saint Jérôme, et un saint Jean tenant un agneau.
A Gènes, sur la porte de l'Eglise de l'Annonciata del Guastato, on voit une belle cène ; une circoncision  dans l’Eglise de saint Dominique ; à l’Oratoire de saint Barthélemy, le martyre de ce saint apôtre, très beau tableau ; dans l’Eglise de saint François d'Albaro, le tableau de saint Charles ; à sainte Marie de Carignan, la Vierge avec l’enfant Jésus, saint François et saint Charles.
A Parme, à la Madona della steccata, les épousailles de sainte Catherine.



Si vous voulez toute la liste des noms du site commençant par P
cliquez ici

Et les autres articles de cet ouvrage sur les peintres  Vers la liste des peintres italiens

 

 

Voir aussi la notice de Wikipedia

 


Haut de la page

Les textes ont été transcrits du vieux françois en français courant,
et les gravures ont été corrigées des défauts d'impression et de vieillissement.
Tout le contenu de la page est donc sous Copyright

 

droits déposés
Dépôt de Copyright contre toute utilisation commerciale
des photographies, textes et/ou reproductions publiées sur ce site
Voir explications sur la page "Accueil"

Plan de site Recherches Liens e-mail