Accueil Présentation Contenu Galerie Répertoire Lieux Thèmes

 

Toilettes de promenade pour jeune fille et petit garçon
année 1851

Toilettes de promenade, gravure Cendrillon juin 1851 - Reproduction © Norbert Pousseur

Cendrillon,
Journal encyclopédique de tous les travaux de femmes -
juin 1851

.../...

La mode n’a rien changé à son aspect général, mais elle a produit une nouveauté coquette et qui fait en ce moment l’occupation de toutes les dames.
Il s’agit de gilets véritables pour la toilette des dames. Ces gilets sont de deux espèces.

La première : le gilet corsage, c’est-à-dire un corsage ajusté en forme (le gilet d'homme, mais avec manches et petites-basques ; ils se font pour la campagne en piqué blanc, en bazin, en nankin ou en coutil.

La deuxième : le gilet de dessous, c'est-à-dire un gilet sans manches, ajusté devant, ajusté au dos et se portant sous une petite veste, ou corsage ouvert, formant basquine derrière. Ceux-ci sont en moire, en taffetas ou en piqué ; ils se garnissent pour ornements de petits galons ou de broderies.

Nous ne pouvons mieux compléter cet article qu’en donnant une description détaillée des costumes de notre gravure.
Toilette de promenade. — Chapeau-capote en tulle, en blonde et en taffetas, de la maison Plé-Horain, rue Basse-du-Rempart.
Le bord de la passe a un rouleau de taffetas ; dessus et dessous il y a, sur une largeur transparente en tulle de 5 à 6 centimètres, deux volants en blonde à écailles.
Tout le dessus de la passe et de la calotte est composé d’une sorte de carapace en taffetas replié à plat par plis couchés ; cette partie en taffetas a la forme triangulaire d’une longue fanchon dont la pointe allongée des rend sur la calotte jusqu’à la naissance du bavolet.
D’un côté, il y a deux grosses roses moussues avec leurs boutons et branchages. Une blonde de 3 à 4 centimètres est cousue, froncée tout au bord de la partie de taffetas.
Cette blonde recouvre les roses et se continue en badinant tout le long du liséré. De l’autre côté de la passe il n’y a pas de fleurs, et dans l’espace qu’elles occuperaient il y a un bouillonné de tulle et trois volants de blonde.
Le bavolet est en tulle bouillonné avec trois blondes sans volants.
Robe en taffetas armure.
Corsage montant, ouvert devant, ayant au bord, en forme de revers, deux garnitures découpées et gaufrées sans presque d’ampleur. Celle de dessus vient se perdre avec celle de dessous à peu près aux deux tiers du devant. Le corsage est à pointe arrondie devant, et la garniture descend jusqu’en bas.
Manche presque juste jusqu’aux deux tiers du bras, et terminée par un volant ayant lui-même deux petits volants découpés et gaufrés au bas.
Jupe à trois volants ; le premier est à 15 centimètres de la taille, il a 25 centimètres de haut ; le deuxième en a 30 et le dernier 35.
Chacun de ces volants, déjà peu froncé, est garni au bas de deux petits volants gaufrés de 5 et 7 centimètres ; ils sont soutenus en les montant, et forment de l’ampleur sur les grands.
Le fichu se compose de deux Valenciennes au col et de bouillons en mousseline ; la manche de dessous, terminée par une petite Valenciennes, se compose de bouillonnés en mousseline diminuant vers le bas.

Jeune personne. — Les cheveux en bandeaux forment un bouffant dans le bas qui écarte bien ; les pointes viennent se réunir sous le nœud, les cheveux de derrière forment une torsade avec un ruban de velours noir dont les deux bouts retombent en arrière.
La robe est en taffetas écossais, la jupe très ample.
Canezou, en mousseline brodée, garni de bandes brodées et festonnées ; il est ouvert, carré devant, avec cinq bandes pour garnitures. La guimpe est en tulle plissée, avec petite dentelle au bord.

Petit garçon. — Costume des ateliers de mademoiselle Beauchamp. Petite toque Charles IX, en velours noir, ayant d’un coté une plume noire bien enroulée et sortant d’un chou de ruban de satin noir.
Pardessus en velours noir, sans couture à la taille. Creusé dans les coutures du côté et du dos (comme à un paletot de femme), ajusté à la poitrine et fermé par de petits boutons de jais ; manches demi-courtes, ayant aussi des boutons.
Tunique de dessous en popeline écossaise noire et rouge. Cette tunique est très foncée, comme la cotte d’un Écossais.
Bas écossais en biais ; petites guêtres noires avec boutons de jais.
Col monté sur poignet ; garniture des manches de dessous et du pantalon en broderie anglaise.


Précédent : Gilet féminin et robe de cérémonie religieuse Toutes les gravures anciennes de mode Suite : Jupe d'amazone en tissu 'orléans'

 

Cette vue peut être agrandie,
jusqu'à environ 8 fois sa taille d'origine
( la gravure d'origine mesure 9x13cm)

 


Haut de page

droits déposés
Dépôt de Copyright contre toute utilisation commerciale
des photographies, textes et/ou reproductions publiées sur ce site
Voir explications sur la page "Accueil"

Plan de site Recherches Liens e-mail