Accueil Présentation Contenu Galerie Répertoire Lieux Thèmes

 

Chapeaux et gilets de promenade
année 1851

Chapeaux et gilets, gravure Cendrillon septembre 1851 - Reproduction © Norbert Pousseur

Cendrillon,
Journal encyclopédique de tous les travaux de femmes -
septembre 1851

.../...

Devançant de quelques jours la saison d’hiver, nous pouvons déjà donner des renseignements positifs sur les changements de la mode.
Commençons par les chapeaux : les passes se font bien arrondies, longues des joues ; elles avancent un peu du haut, encadrent bien le menton, tout en s’évasant des côtés.
Le satin et le velours sont les étoffes les plus usitées.
On fait les calottes moins tombantes.
Les passes sont encore très souvent en blonde, quand la tête et la calotte sont en velours ou en satin.
On fait un grand usage des bouillonnés et des volants.
Nous avons vu des capotes de satin brodées, ou, pour mieux dire, chamarrées de tresses de paille jaune et noire, faisant ornement avec des médaillons en velours de diverses dimensions. C’est un travail fort simple que peut très bien exécuter une jeune personne. Il s’agit de tracer sur la calotte, sur le bavolet, et aussi sur le bandeau de calotte ou tour de tête, un petit dessin comme pour la soutache ; d’avoir des découpures en velours, soit losanges, soit rondes, soit encore ovales, et d’en faire les motifs principaux d’un dessin. Il est bien entendu que les calottes ne doivent pas être tendues ; on les chiffonne comme à un fond mou.
Une jeune fille peut aussi exécuter des fleurs au crochet et en garnir une petite capote de velours ( 1 ) ; si ces fleurs sont habilement faites, ce sera un fort joli ornement.

Les corsages des robes se font tous de manière à pouvoir se changer ; ils sont indépendants de la jupe. Tous sont à basquines.

Les gilets font fureur, et avec eux les petites vestes ajustées.
On fait des gilets très simples ; on en fait de brodés sur moire. Pour jeunes filles, on fait les vestes en popeline unie ou en taffetas, bordées à plat d’un large velours noir, et pour elles aussi, on remplace le gilet ajusté par un corsage en mousseline, avec garnitures brodées.

Les manteaux n’ont pas de mode, tant ils sont variés ; on en voit de très longs, de très amples, de très courts et presque ajustés.

Pour jeunes personnes, les draps chinés sont ce qu’il y a de mieux ; on les garnit d’un capuchon. Le genre Talma est celui qui convient le mieux.

Delisle, dont la maison commande des modes nouvelles, vient d’inventer pour les jeunes personnes un manteau rond avec, un capuchon tout nouveau, qui, pour la ville, forme une belle pèlerine, et qui, pour sortir d’une réunion, alors qu’on est coiffée en cheveux, forme un capuchon nouveau, commode et gracieux. Ce manteau se fait en drap chiné, garni de petits velours.

On a aussi mis en vente une grande nouveauté : ce sont des mitaines à pagodes, en filet de soie noire. Ces mitaines conviennent bien mieux que les gants courts avec les manches que l'on porte aujourd’hui. Ces mitaines, toutes nouvelles encore, se trouvent dans les bonnes maisons de nouveautés.



Précédent : Jupe d'amazone en tissu 'orléans' Toutes les gravures anciennes de mode Suite : Pardessus et chapeaux en castor

 

Cette vue peut être agrandie,
jusqu'à environ 8 fois sa taille d'origine
( la gravure d'origine mesure 9x13cm)

 


Haut de page

droits déposés
Dépôt de Copyright contre toute utilisation commerciale
des photographies, textes et/ou reproductions publiées sur ce site
Voir explications sur la page "Accueil"

Plan de site Recherches Liens e-mail