Accueil Présentation Contenu Galerie Répertoire Lieux Thèmes

 

James Glaisher (1809 - 1903)
et Henry Tracey Coxwell (1819 - 1900)
aéronautes anglais

 

James Glaisher, aéronaute anglais - Reproduction © Norbert Pousseur
Henry Tracey Coxwell, aéronaute anglais - Reproduction © Norbert Pousseur

 

GLAISHER. — COXWELL. — l'Association britannique pour l'avancement des sciences ayant assigné des fonds considérables pour exécuter une série d'ascensions aérostatiques dans un but scientifique, M. Glaisher, chef du Bureau météorologique de Greenwich, se chargea d'effectuer lui-même ces hardis voyages d'exploration.
M. Coxwell, aéronaute expérimenté, accompagna toujours M. Glaisher.
La plus grande hauteur à laquelle les aéronautes anglais soient parvenus est de 10,000 mètres. Dans cette ascension mémorable, qui eut lieu le 5 septembre 1862, le thermomètre descendit à 21 degrés au-dessous de zéro, vers 8 kilomètres d'élévation. A cette prodigieuse hauteur, le froid était si intense que M. Coxwell perdit l'usage de ses mains. Il ne put ouvrir la soupape pour redescendre, en donnant issue au gaz, qu'en tirant la corde avec ses dents. Depuis la hauteur de 8,850 mètres, M. Glaisher était déjà sans connaissance, et bien peu s'en fallut que les deux voyageurs ne restassent morts et gelés dans l'atmosphère.
La marche des températures, dans les diverses ascensions de M. Glaisher, s'est montrée d'ailleurs fort irrégulière; le mercure s'est maintenu au même niveau pendant un certain temps, lorsqu'on traversait un courant d'air chaud, et a même monté quelquefois de plusieurs degrés pendant que le ballon s'élevait. Ainsi, le 17 juillet 1862, la température resta à — 3° jusqu'à 4 kilomètres de hauteur; elle se maintint à +5°, 6 vers 6 kilomètres, et tomba ensuite rapidement jusqu'à — 9°, à 8 kilomètres de hauteur. Des irrégularités analogues furent observées les 18 août 5 septembre, etc.
M. Glaisher a pu néanmoins, en prenant les moyennes d'un grand nombre d'observations, former un tableau qui donne la variation ordinaire de la température atmosphérique avec l'élévation. Il résulte de ce tableau, que la quantité dont il faut s'élever pour avoir un abaissement de 1 degré centigrade, augmente constamment avec la hauteur que l'on occupe dans l'atmosphère. S'il faut, par exemple, s'élever de 50 à 100 mètres près du sol pour constater un abaissement de température d'un degré, pour obtenir le même abaissement, il faut s'élever de 550 mètres à 8 kilomètres de hauteur dans l'air. Par conséquent, le décroissement est devenu dix fois moins rapide qu'à la surface de la terre. Quand le ciel est couvert de nuages, le décroissement de la température, dans le premier kilomètre, est moindre que lorsque le temps est serein.
Ce qui se comprend facilement, si l'on réfléchit que les nuages jouent le rôle d'une sorte d'écran contre le rayonnement de la chaleur terrestre.



Autres articles d'aéronautes de l'ouvrage "L'ALBUM DE LA SCIENCE"

Voir aussi l'étude de Tissandier sur les aérostats

 

Si vous voulez toute la liste des g
cliquez ici

Si vous voulez toute la liste des c
cliquez ici

 

 

Voir aussi la texte (en angalis) de Wikipedia pour Glaisher

ou la texte (en anlais) de Wikipedia pour Coxwel

 

 

 

Haut de page

droits déposés
Dépôt de Copyright contre toute utilisation commerciale
des photographies, textes et/ou reproductions publiées sur ce site
Voir explications sur la page "Accueil"

Plan de site Recherches Liens e-mail