Accueil Présentation Contenu Galerie Répertoire Lieux Thèmes

 

Saint Germain de Paris et prêtre en leurs costumes du 6ème siècle
496 - 576

Saint Germain - Costumes de France - reproduction © Norbert Pousseur

Gravure et texte extrait de l'ouvrage 'Costumes français depuis Clovis jusqu'à nos jours', publié par A. Mifliez en 1855

 

Germain de Paris (Saint), ainsi nommé parce qu’il fut évêque de cette ville, naquit dans le territoire d’Autun, vers la fin du 5e siècle. Il fit ses premières études dans la petite ville d’Avalon, et fut ensuite confié à un de ses parents, nommé Scapilion, qui s’appliqua à perfectionner son éducation, et à le former à la piété et aux bonnes mœurs. Agrippin, évêque d’Autun, le fit diacre, puis l’ordonna prêtre; et Nectaire, successeur d'Agrippin, le fit abbé de Saint-Symphorien, monastère situé dans un des faubourgs d’Autun. Une affaire ayant conduit Germain à Paris, en 554, et le siège épiscopal de cette ville étant vacant par la mort d’Eusèbe, il fut élu pour lui succéder. Cette nouvelle dignité ne lui fit rien changer à sa manière de vivre. Il ne sembla avoir été élevé aux hautes dignités de l’Église, que pour joindre les vertus épiscopales à l’humilité et aux austérités monastiques. Childebert régnait alors à Paris. Germain sut s’en faire estimer, et gagna sa confiance. Bientôt l’exemple du saint évêque influa sur le prince : les pauvres furent soulagés par d’abondantes aumônes ; de pieux établissements s’élevèrent, et des églises furent bâties. On compte parmi celles-ci l’église de Sainte-Croix, sous l’invocation de Saint-Vincent (depuis Saint-Germain-des-Prés) à laquelle il joignit un monastère, qu’il exempta de toute juridiction, après l’avoir richement doté. Ce pieux Évêque, l’un de ceux qui honorent le plus le siège de Paris et l’Église de France, assista à la plupart des conciles tenus de son temps, et y parut avec éclat. Aussi soigneux de conserver la paix entre les princes, que de réprimer leurs désordres, il ne négligea rien pour réconcilier Chilpéric et Sigebert prêts à en venir aux mains, et écrivit à Brunehaut pour qu’elle ménageât un accommodement entre les deux frères. Il mourut le 21 mai de l’an 576, jour où l’église célèbre sa fête. Il était âgé de 80 ans, et fut enterré dans l’église de Saint-Vincent.

Toutes les parties de l’ajustement de cet évêque, ainsi que celles du prêtre qui suit, sont bien distinctes et très intéressantes à observer. Cet évêque a de la barbe, comme en portaient les rois et les prêtres dans les premiers temps de la monarchie.

Prêtre au 6ème siècle - Costumes de France - reproduction © Norbert Pousseur

On peut remarquer la similitude entre les deux costumes : même étole autour du cou, mais celle du bras (son nom ?) est portée par l'un et l'autre à un bras différent.
Bien sûr l'évêque porte en plus un type de surplis, signe de son rang, plus la mitre et la crosse.

 

 Costumes français
Article de Wikipedia

 

Si vous voulez toute la liste des G
cliquez ici

 

 

 

 

Haut de page

droits déposés
Dépôt de Copyright contre toute utilisation commerciale
des photographies, textes et/ou reproductions publiées sur ce site
Voir explications sur la page "Accueil"

Plan de site Recherches Liens e-mail