Accueil Présentation Contenu Galerie Répertoire Lieux Thèmes

Vair

Terme du Petit dictionnaire de l'habillement

 

Vair porté par Robert de Clermont - reproduction © Norbert Pousseur

 

Vair : On nommait ainsi du latin Varius, varié, une fourrure mêlée de gris et de blanc, qui pendant tout le moyen âge fut extrêmement recherchée.

 

 

(Dic. Furetière, 1690) VAIR. Substantif masculin. Terme de Blason. C'est une fourrure faite de plusieurs petites pièces d'argent et d’azur à peu près comme un U de Hollande, ou comme une cloche de melon. Les vairs ont la pointe d'azur opposée à la pointe d'argent, et la base d'argent à celle d'azur. Ce mot vient de varius, selon Nicod.

Beffroi de Vair, se dit, quand il n'y a que deux ou trois pièces de vair ; et les anciens Blasonneurs l'ont appelé gros vair ou grand vair : car quand il y en a quatre, c'est ce qu'on appelle proprement vair ; et quand il y en a davantage, menu vair. On tient que les Seigneurs de Coucy ont été les premiers qui ont porté en Armoiries des pannes de vair.

Menu Vair, était une espèce de panne blanche et bleue dont les Rois usaient autrefois en France, au lieu de fourrure, dont les manteaux des Présidents à Mortier étaient doublés jusqu'au XVème siècle, aussi bien que les robes des Conseillers de la Cour.
Les habits de cérémonie des Hérauts d'armes en étaient aussi doublés ; et les femmes de qualité s'en habillaient aussi, et il était défendu aux ribaudes d'en porter, aussi bien que des ceintures dorées, des robes à collet renversé, des queues et boutonnières à leurs chaperons, par un arrêt de l'an 1420. Cette fourrure était faite de la peau d'une espèce d’écureuil qu'on nommait aussi vair, en Latin sciurus, qui était blanche par dessous,et colombine par dessus. Les Pelletiers l'appellent à présent écureuil de Hollande, ou petit gris. On la diversifiait en grands ou petits carreaux, qu'on appelait grand vair, ou petit vair. Cet animal est décrit par Aldroandus en parlant de sciuro vario : il dit qu'il a le dos d'un gris qui approche assez du bleu, et le dessous du ventre blanc. C'est le même, selon Gesner, que le mus Ponticus d'Aristote et de Pline, que les Latins appellent varus, à cause de la variété de ses couleurs.
Ces deux peaux jointes ensemble font la figure des vairs d'Armoiries, qui sont naturellement d'azur et d'argent. On appelle ces fourrures pannes, à cause qu'elles sont composées de plusieurs pièces ou peaux cousues ensemble, comme autant de pans ou de panneaux d'un habit. Quelques Anciens les ont nommées peaux vairées. On tient que les robes vairées étaient l'habit des Gaulois, comme les hermines l'étaient des Arméniens, suivant Julius Poilux.
On appelle vair affronté, lorsque les vairs ont leurs pointes tendantes au cœur de l’Écu ; et vair appointé ou vair en pal, quand la pointe d'un vair est opposée à la base de l'autre ; et on appelle vair contrevair, lorsque les vairs ont le métal opposé au métal, et la couleur opposée à la couleur : ce qui contraire à la disposition ordinaire du vair.

 

Terme décrivant les tissus utilisés pour l'habillement


Vers le personnage portant cette partie d'habit Sergent coiffé d'un morion

Retour à la liste des termes du Petit dictionnaire de l'habillement Le Petit dictionnaire de l'habillement


 

Le terme ci-dessus est l'un de ceux utilisé pour décrire, le cas échéant, le costume du personnage en illustration, provenant de l'ouvrage :
'Costumes français depuis Clovis jusqu'à nos jours', publié par A. Mifliez en 1855.


 

 

 

 

Haut de page

droits déposés
Dépôt de Copyright contre toute utilisation commerciale
des photographies, textes et/ou reproductions publiées sur ce site
Voir explications sur la page "Accueil"

Plan de site Recherches Liens e-mail