Accueil Présentation Contenu Galerie Personnages Lieux Thèmes

Page de garde de l'Abrégé de la vie des plus fameux peintres - Reproduction © Norbert Pousseur

Marc-Antoine Franceschini
peintre lombard

né en 1648 et mort en 1729

Marc Antoine Franceschini, peintre italien - Reproduction © Norbert Pousseur

 

 

Gravure et texte extrait de l'ouvrage 'Abrégé de la vie des plus fameux peintres' d'Antoine Joseph Dezallier d'Argenville, édition de 1762, collection personnelle.

 

Ce peintre naquit à Bologne, en 1648, et fut élève de Gio Maria Galli Bibiena, père du fameux Ferdinand. Des progrès assez suivis le distinguèrent jusqu'à l’âge de vingt ans, qu’il entra dans l’école du Cignani, où il trouva le Quaini. Tandis que son maître peignait dans l'église de saint Michel in Bosco, quatre médailles soutenues par des enfants admirables, il les dessinait, et il copia quatre sujets d’histoire de Louis Carrache, qui sont dans le premier cloître. La nature semblait s’offrir à lui sans nuages, et l’étendue de son génie parut dans les ouvrages suivants ; l’un est la mort de saint Joseph, pour l’église del suffragio d’Imola ; l’autre un Crucifix avec la Vierge, saint Joseph, la Madeleine et saint Pierre, pour la paroisse d’Ozzano ; et pour les Jésuites de Plaisance, une sainte Ursule.

Les Pères Théatins déterminés par ces succès, le chargèrent de peindre dans les dix lunettes de leur portique, les principales actions de saint Gaëtan. Le Cignani qui se réservait d’en faire les dessins et les cartons, en donna toute la conduite à Marc-Antoine. Ce travail fut extrêmement goûté, ainsi que celui des Services, où il représenta sous les portiques, saint Philippe Benizzi, qui reprend des soldats débauchés jouant ensemble. Quel art n'a-t-il pas fait paraître dans un rayon de lumière qui tombe sur le Saint ?

Cignani, qui travaillait à Forli, dans la chapelle de saint Joseph, chez les Pères Philippins, l'engagea à le venir aider avec le Quaini ; ce fut en peignant ensemble, qu’il lui proposa d'épouser la sœur du Quaini, qui était sa cousine. Deux années furent employées avec le Cignani, à peindre sur ses cartons, la voûte de la chapelle de san Petronio, et la grande salle du palais public dans la ville de Forli.
Les Carmes les engagèrent ensuite d’aller à Massa, pour travailler dans leur église, à la chapelle de saint Sébastien. Ces travaux furent suivis de nouvelles entreprises pour les églises et les palais de Bologne.
Le Franceschini toujours accompagné du Quaini, vint à Parme, en 1677, pour aider le Cignani, qui décorait la grande salle du jardin ; ç’était un ouvrage immense. Ils ne furent pas plutôt revenus dans leur ville, que le Sénat leur commanda, pour Clément XI, une Madeleine en exacte, avec plusieurs anges, et sainte Marie Égyptienne que l'abbé Zozime communie. Ses autres ouvrages distingués sont, la Fortune entourée de plusieurs enfants, dans un plafond du palais Ranuzzi ; et les quatre Éléments, les Sibylles, et un Noli me tangere, qu’il représenta dans la galerie du Marquis Monti.

Les Princes d’Allemagne, les Républiques de Venise et de Gênes, ne laissèrent point son pinceau oisif : ils lui demandèrent plusieurs sujets, entr’autres, l’histoire de Diane et celle d’Adonis, en plusieurs tableaux. Il partit ensuite avec son cousin Quaini pour Plaisance, où il s’agissait de la coupole de la Cathédrale, et des quatre angles qui représentent l’Humilité, la Virginité, la Charité et la Noblesse : on voit sur les deux ailes une circoncision, une adoration des Mages ; et sous le grand arc de la coupole, un Noli me tangere. Tout cet ouvrage fut fini en dix-huit mois de temps ; on y trouve le  portrait du Quaini, celui de sa femme et de toute sa famille. Une autre coupole de l’église de sainte Catherine de Vigri, l’attendait à Bologne : cette Sainte y est représentée avec les Saints protecteurs de la ville ; & dans les angles, la Foi, l’Espérance, la Charité et l’Obéissance. Ce beau, morceau et ceux de la vie de saint Barthélemi, dans la grande salle des Théatins, acquirent à Franceschini le nom de fameux peintre. Son génie s’était tourné du côté de l’agrément et de la gentillesse ; il donnait à ses figures de la vie et de l'action ; enfin, il a prêté à ses ouvrages toute la grâce qu’on peut souhaiter, joignant à une grande force de coloris, la plus aimable suavité.

Il fut mandé à Gênes, pour l’église de Notre-Dame de la Vigne, et il eut le malheur d’être attaqué et volé en chemin ; quand cet ouvrage fut terminé avec applaudissement, il s’en revint à Bologne, où parmi un grand nombre de morceaux, on distingue un Christ dans le désert, servi par les anges, dans le réfectoire des Pères de la Charité ; le Christ qui communie les apôtres, au maître-autel du Corpus Domini ; une annonciation, sous le portique de san-Luca ; saint François de Salles avec la Vierge, sainte Anne et saint François d’Assise, pour les Pères de saint Philippe de Néri ; saint Pierre Célestin moribond, entouré de plusieurs religieux, pour l’église de saint Etienne ; l’apparition du Sauveur à saint Jean de la Croix, pour les religieuses Carmélites déchaussées.
Le Duc de Modène le fit venir avec le Quaini, pour décorer la grande salle de son palais : il ne pouvait lui fournir une plus belle carrière pour exercer ses heureux talents : il faut, comme l’on sait, de vastes théâtres pour les faire valoir. La ville de Reggio lui fit entreprendre la sacristie de saint Prosper, et celle de Gênes l’attira par de grandes instances avec son cousin, et Antonio Meloni son disciple. On avait projeté d’embellir la grande salle du Conseil : Franceschini y fit paraître au milieu de la voûte, la Ligurie triomphante, accompagnée de Neptune, de la Fortune, de la Liberté, des figues du Zodiaque, et des quatre parties du monde. La conquête de Jérusalem se voit à l’une des extrémités, et à l’autre, le partage des dépouilles de l’Empereur. Rien n’est si grand que cette composition ; elle représente encore une infinité d’actions qu’on passe sous silence.

Tout autre que Marc-Antoine se serait reposé après un si grand travail ; son esprit au contraire se délassa à son retour à Bologne, en 1704, en entreprenant de nouveaux ouvrages pour les Génois. Le Sénat de Bologne lui demanda plusieurs tableaux qu’on devait envoyer à Clément XI. Sa Sainteté parut si contente de celui qui représente sainte Catherine de Vigri, recevant pendant la nuit de Noël, l’enfant Jésus des mains de la Vierge, qu’elle manda à Rome le Franceschini, en 1711, et il y mena son cousin avec deux de ses élèves. On leur ordonna de représenter la vision de saint Jean, sur de grandes toiles qui devaient servir à peindre en mosaïque une des coupoles de saint Pierre. Quaini, attaqué de la goutte, ne put travailler que pendant deux mois ; ainsi Franceschini fut obligé de faire l’ouvrage avec ses deux élèves : son atelier était dans le palais du Pape, qui les venait souvent visiter avec les cardinaux et prélats de sa suite ; et Sa Sainteté fit exposer ces morceaux à moitié faits dans la salle Royale, le jour des obsèques du cardinal de Tournon. L’applaudissement fut général ; et le Pape le nomma chevalier de Christ ; mais la cérémonie ne s’en fit à Bologne que neuf ans après, par l'archevêque, qui lui donna la croix de l’Ordre, et lui mit l’épée au côté, au nom de Sa Sainteté.
On fit tous les efforts possibles pour l’engager à peindre la grande galerie du Vatican ; il ne s’en excusa qu’en promettant six tableaux, pour accompagner ceux du Baroche et de C. Maratti, qu’on voit dans la cathédrale d’Urbin. Les sujets de ces tableaux sont, une Judith ; Marie sœur de Moïse qui chante un cantique après le passage de la mer rouge ; Anne mère de Samuel, qui prie Dieu de lui donner un fils ; Jaël avec Barac, qui rencontre Déborah ; Jérémie qui pleure la captivité de son peuple ; Déborah avec un jeune serviteur.
Le Pape qui apprit que ce peintre ne permettait pas à ses amis de l’appeler chevalier, voulut en savoir la raison : Je ne voulais pas, dit-il, porter du vivant de mon maître Cignani, un titre qui pourrait lui donner de la jalousie.

A son retour à Bologne, en 1714, il trouva une invitation des Pères de saint Philippe de Néri, pour venir peindre leur église de Gênes ; il s'y rendit avec son fils le chanoine, et Giacomo Boni son disciple ; le Quaini n’était plus en état de travailler ; le mystère de la Trinité orne le milieu de cette voûte, et saint Philippe de Néri, soutenu par des anges, offre ses prières pour quantité de personnes de différent sexe, placés au bas de la voûte. Les mêmes Pères ont encore de sa main, huit tableaux en détrempe, des miracles de ce Saint.
Franceschini passa de là, à Crème, avec le même disciple et Luca Bistega ; ils s’occupèrent tous trois à peindre la chapelle de Notre-Dame del Carmine, dont Franceschini avoir déjà fait le tableau d’autel.

Sa manière aisée de peindre lui faisait regarder son art comme un amusement ; et les connaisseurs remarquaient que dans toutes ses compositions, la lecture et  le grand usage lui disaient toujours du vraisemblable. Un peintre, selon lui, ne pouvait réussir qu’en suivant les belles formes de la nature, et l’expression des passions de l'âme.

On le manda l’année suivante, à Plaisance, pour la chapelle de la Vierge, qui est à la Cathédrale. Ce morceau plut tant au Duc François Farnèse, qu’il voulut avoir pour l’église de la Steccata, un tableau qui représenta la Vierge, son fils et saint Joseph dans une gloire ; et en bas, saint George à cheval combattant le dragon. Le Prince, outre le prix convenu, lui envoya encore un service d'argenterie très-bien travaillé.
Le Pape, le Roi d’Espagne, l’Électeur Palatin, tentèrent plusieurs fois de l’attirer dans leurs États ; il n y voulut jamais consentir : des raisons de famille et se joignaient à la crainte de faire de la peine aux peintres du pays ; C. Maratti, et les Romains, qui s’en doutèrent, ne cessaient de faire son éloge ; c'était encore pour ne pas désobliger le  fils de son illustre maître, qu’il refusa d’aller à Forli, travailler à la coupole. Quelles attentions, et qu’on trouve peu de gens capables de ces sentiments !

Son respect pour le Cignani ne lui permit pas de raccommoder sans sa permission, quelques morceaux gâtés par l’humidité, dans l’église des Pères de saint Michel in Bosco. Après sa mort, lorsqu’il fut question de ses obsèques, la main de Franceschini se prêta à honorer sa mémoire. Ce fut en ce temps-là que l’académie de Bologne l'ayant reçu dans son corps, en 1709, il lui donna le tableau de sainte Catherine de Vigri, leur protectrice, prête à recevoir l’enfant Jésus, des mains de sa mère.

L’Angleterre, l’Allemagne, et plusieurs Princes d'Italie ne cessaient de lui demander des tableaux ; et quoiqu’il eût soixante-dix-huit ans, ils les peignaient avec le feu de la jeunesse. Il envoya à Imola, un Crucifix accompagné de la Vierge et des douze apôtres ; et un repos de la Sainte Famille, pour les Pères de saint Philippe de Néri de Gènes. Les Pères Servites eurent une Vierge, qui donne l'habit à saint Philippe Benisi et à ses compagnons ; il fit encore trois tableaux en détrempe, pour la chapelle du cardinal Buon Compagno, dans l'église de Saint Pierre, savoir, une Vierge tenant l’enfant Jésus, avec saint Joseph, saint Jacques et saint Roch ; les deux autres tableaux sont, saint Petrone et saint Pancrace. Son style était toujours aimable, quoique ce fût la dernière année de sa vie.

Franceschini ne pouvant plus peindre, s’amusait à dessiner : son état l’obligea enfin de se mettre au lit, et il rendit l’âme la veille de Noël, de la même année 1729, âgé de quatre-vingt-un ans, laissant une femme et des enfants héritiers de ses biens, qui, sans sa libéralité et ses aumônes, auraient été plus considérables.
Ses principaux élèves sont, Girolamo Gatti, Giacinto Garosalini, Francesco Meloni, Giacomo Boni, Antonio Rossi et Luca Bistega.
Ses dessins ne sont point connus en France ; ce sont presque tous des cartons touchés d’une manière très légère, et coloriés d’une vaguesse et d’une touche qui sentent le grand maître. Il avait coutume avant de peindre, d’appliquer ces cartons sur la voûte, pour connaître l’effet du tout ensemble.

Le Meloni a gravé plusieurs pièces d’après lui ; le Giovanini a publié le tableau de la Communion des apôtres, qui est dans l’église du Corpus Domini ; et le Mathioli a gravé la mort de saint Joseph.


Si vous voulez toute la liste des F du site
cliquez ici

Et les autres articles de cet ouvrage sur les peintres  Vers la liste des peintres italiens

 

 

Voir aussi la notice de Wikipedia

 


Haut de page

Les textes ont été transcrits du vieux françois en français courant,
et les gravures ont été corrigées des défauts d'impression et de vieillissement.
Tout le contenu de la page est donc sous Copyright

 

droits déposés
Dépôt de Copyright contre toute utilisation commerciale
des photographies, textes et/ou reproductions publiées sur ce site
Voir explications sur la page "Accueil"

Plan de site Recherches Liens e-mail