Accueil Présentation Contenu Galerie Répertoire Lieux Thèmes

 

Philippe III le Hardi, quarante cinquième roi de France
1245 - 1285

Philippe III, 45ème roi de France - gravure de Daret - repro © Norbert Pousseur

Qu'il est vaillant de cœur que ses armes sont fortes

 

PHILIPPE III DIT LE HARDY, fils de St Louys, prit le sceptre en Afrique 1270. Il fut élu de tous les Chefs de l'armée devant la ville de Tunis, et continua le siège que son prédécesseur avait commencé. Charles Roy de Sicile vint à son secours avec une puissante flotte. Le Roy de Tunis avait des fortes troupes pour la secourir. Il fut mis en déroute et demanda la paix ; elle fut conclue. Il revint en France où il acquit à la Couronne le Poitou et le Comté de Toulouse par le décès de son oncle Alphonse. Il fut sacré à Reims et épousa Marie sœur de Jean I Duc de Brabant, laquelle fut soupçonnée d'avoir fait empoisonné le fils aîné de Philippe. Son innocence fut reconnue, et Pierre de la Brosse Chirurgien de St Louys, auteur du crime fut pendu, et l'évêque de Bayeux qui y avait trempé s'enfuit à Rome. Henry Roy de Navarre comte Palatin de Brie et de Champagne étant mort, la Navarre fut mise à l'obéissance de la Couronne. Charles Comte d'Anjou fils de Louys 8ème avait été investi de La Couronne de Sicile, le Pape Nicolas n'approuva pas cette élection, cela fit que les Siciliens s'étant accordés, passèrent au fil de l'épée tous les Français qui se rencontrèrent dans ce Royaume, le jour de Pâques à l'heure des vêpres l'an 1282. Charles évita cette fureur car il mourut se disposant à venger cet outrage. La Couronne fut donné à Charles puîné de Philippe. Le Roy mourut à Perpignan et régna 15 ans, Honorius étant Pape, et Rodolphe Empereur. Il laissa deux enfants, Philippe qui lui succéda et Charles père de Philippe de Valois le premier Roy de la seconde branche de cette famille .

A Paris chez Louis Boissevin à la rue St Jacques à l'image de Ste Geneviève, proche la fontaine St Séverin.

 

Retranscription du texte de la gravure (Gravure de Pierre Daret ?)

 


 

Philippe III le Hardi en son costume toulousain, roi de France, dessiné par Léopold Massard - reproduction © Norbert Pousseur


Philippe III, dit le Hardi, né en 1254, fut salué roi de France sur les rivages d’Afrique, après la mort de Louis IX, son père, le 25 août 1270. Il ne pouvait être appelé à régner dans des circonstances plus difficiles. Ses premiers actes furent d’écrire en France pour confirmer dans leur autorité les régents institués par son père, et de fixer à quatorze ans, par une ordonnance datée du camp de Carthage, la majorité de Louis, l’aîné de ses enfants. Jusque-là, les rois de France n’étaient majeurs qu’à vingt-un-ans.
Malgré la contagion qui régnait toujours dans l’armée et à laquelle il manqua de succomber lui-même, le jeune monarque obtint sur les Sarrasins, tant par lui que par ses alliés et lieutenants, des avantages qui amenèrent une paix aussi honorable qu’on pouvait l’espérer. Philippe arriva à Paris en 1271, et après avoir rendu les derniers honneurs aux illustres morts dont il rapportait les cendres, et s’être fait sacrer à Reims, il visita diverses parties de son royaume.
En 1274, un de ses trois fils, celui qui régna depuis sous le nom de Philippe-le-Bel, épousa Jeanne, fille et unique héritière de Henri Ier, roi de Navarre et comte de Champagne et de Brie. Ce mariage ne fut pas conclu sans une vive opposition de la part des grands de la Navarre, et de Jacques, roi d’Aragon, et Alphonse, roi de Castille, qui prétendaient tous deux avoir des droits à une couronne qu’ils se voyaient ainsi enlever. Il fallut en appeler au sort des armes. Les troupes françaises commandées par Robert, comte d’Artois, soumirent la Navarre (1276), tandis que Philippe se préparait, avec une armée formidable, à pénétrer en Castille ; mais il est empêché d’abord par la difficulté de franchir les Pyrénées, et plus tard par la défense du pape Jean, qui voulait engager les princes chrétiens dans une nouvelle croisade.

Un événement affreux eut lieu sous le règne de Philippe : ce fut le massacre général des Français à Palerme et dans toute la Sicile (30 mars 1282), massacre si connu sous le nom de vêpres siciliennes. Le roi de France, pour venger à la fois sa nation et Charles d’Anjou, roi de Sicile, alla ravager l’Aragon, et accepta même du pape Martin IV l’investiture des royaumes d’Aragon et de Valence, et du comté de Barcelone ; pour son second fils, le jeune comte de Valois. Il fallut se préparer à une nouvelle guerre qui parut sacrée, grâces aux prédications du légat de Rome (1285). Philippe, après quelques avantages obtenus tant sur le territoire ennemi que sur mer, repassa les Pyrénées pour aller hiverner en Provence ; mais dans sa retraite, qui fut vivement inquiétée par les Aragonais, il ne put se préserver de l’épidémie qui ravageait son armée, et mourut à Perpignan en 1285.

 

Philippe est ici représenté en grand costume de comte de Toulouse, la couronne en tête et le sceptre à la main. La manière dont le manteau de cette figure est ajusté autour du cou et relevé sur l’épaule droite, est dessinée d’un manuscrit du XIIIe siècle, conservé à la Bibliothèque de Toulouse.
On lit au-dessus de cette figure : PHILIPPI filh de Sant Loys rey de Fransa, morta la contessa (Johanna) et conte ( Alphonso ) sans enfans, près la seinhioria de tot lo contat per vigor del testament deldit Ramon mort, lodit rey intret à Tholosa l'an M. CC. LXXII.
Philippe, fils de Saint-Louis, roi de France, après la mort de la comtesse (Jeanne) et du comte (Alphonse), prit possession du comté de Toulouse en vertu du testament de Raymond ; il fit son entrée dans cette ville en 1272.

 

Gravure (de Léopold Massard) et texte extrait de l'ouvrage
Costumes français depuis Clovis jusqu'à nos jours, publié par A. Mifliez en 1855

Roy précédent         /       Portraits des rois de France        /       Roy suivant
Article de Wikipedia

 

Si vous voulez toute la liste des P
cliquez ici

 

 

 

Haut de page

droits déposés
Dépôt de Copyright contre toute utilisation commerciale
des photographies, textes et/ou reproductions publiées sur ce site
Voir explications sur la page "Accueil"

Plan de site Recherches Liens e-mail