Accueil Présentation Contenu Galerie Répertoire Lieux Thèmes

 

Philippe le Bel, quarante sixième roi de France
1268 - 1314

Philippe le Bel, 46ème roi de France - gravure de Daret - repro © Norbert Pousseur

Le courage de ma femme a secondé ma valeur

 

PHILIPPES LE BEL ROY de France, fils de Philippe III. Il possédait la Couronne de Navarre du chef de Jeanne son épouse. Il fut sacré à Reims au commencement de l'année 1286. La Flandre, l'Angleterre et le Pape troublèrent son repos. Il rendit le Parlement de Paris sédentaire, lui donna une juridiction souveraine, réservant à son Conseil Privé la direction des affaires de son Etat, lui donna son Palais Royal et choisi sa demeure au Louvre. Ses armes furent employées en faveur du Duc de Brabant contre le Duc de Luxembourg, terminé a l'avantage du Duc de Brabant par un combat de 15 cent Cavaliers de chaque parti. Il marcha contre l'Anglais, lui prit Rions, Pont de sac et St Sévère, et défit son armée de mer, et d’une même suite conquit toute la Flandre, en 1297. Il érigea en Duché Pairie le Comté de Bretagne possédé par Jean. Il fut excommunié du Pape, pour de grandes levées qu’il faisait sur le Clergé. L'Archidiacre de Narbonne lui signifia cette sentence d’Anathème. il la fit brûler, et fit de très expresses défenses par tout son Royaume de porter à Rome ni or ni argent. Le Pape intéressé envoya le Cardinal Moine lequel eut des gardes aussitôt qu'il fut à la Cour. Le Clergé de France refusa de faire ce qu'il ordonna. Les censures ecclésiastiques furent redoublées et la Couronne de France offerte à l'Empereur. Philippe avait appelé Guillaume de Nogaret et suivi d'une belle Cavalerie l'alla faire avec des menaces. le Pape Boniface mourut 5 semaines après. Les Flamands se soulevèrent et Philippe mit 7 mille chevaux et 40 mille fantassins aux champs. Son armée fut taillé en pièces près de Courtray, perdit 12 mille gentilshommes 1302. Philippe ayant mit de nouvelles forces sur pied reprit les villes révoltées, leur tua 35 mille hommes auprès d’Ayre et donna la paix à ces peuples. Les Templiers furent condamnés à être brûlés. Le Grand Maître et les principaux appelés devant le trône du souverain Juge assignèrent le Pape et le Roy devant Dieu au bout de l’an, lesquels moururent dans la même année, le Pape selon les lois ordinaires de la nature, Philippe par une chute causée par la fureur d'un sanglier qui choqua son cheval à Fontainebleau 1314. Il régna 29 ans, fut enterré à St Denis et laissa 3 fils qui montèrent successivement sur le Trône.

 

Retranscription du texte de la gravure (Gravure de Pierre Daret ?)

 


 

Philippe le Bel en son costume dessiné par Léopold Massard - reproduction © Norbert Pousseur


Philippe IV, surnommé le Bel, né en 1268, de Philippe III le Hardi et d’Isabelle d’Aragon, déjà roi du chef de Jeanne de Navarre sa femme, succéda à son père le 6 octobre 1285, et fut proclamé roi à Perpignan. Il se hâta de ramener l’armée en France, et le 6 janvier 1286, il se fit sacrer à Reims. Cette même année, Édouard Ier, roi d’Angleterre, vient dans la semaine de la Pentecôte lui faire hommage en personne des domaines qu’il possède en France, et renoncer au Quercy moyennant une rente de 3,000 livres tournois. Mais la bonne intelligence ne dura pas longtemps entre les deux monarques.

En 1293, les Anglais ayant commis quelques hostilités, Philippe IV fait citer Édouard Ier à comparaître au Parlement le 20e jour après Noël. La citation fut faite par deux évêques ; dans la suite on y employa les greffiers de la cour. Le roi d’Angleterre ne comparut point et ne répondit pas davantage à une seconde citation ; il fut en conséquence déclaré contumace et déchu de toutes les terres qu’il tenait en France. Le connétable de Nesle et Charles de Valois se chargèrent de l’exécution de la sentence.

En 1301, Philippe, exaspéré des discours satiriques et des rébellions continuelles de Bernard de Saisset, premier évêque de Pamiers, le fait emprisonner. Cet acte de rigueur choqua violemment Boniface VIII, et valut au roi la fameuse bulle Ausculta Fili, dans laquelle le pape soutient qu’il faut être insensé pour penser qu’un roi n’est point soumis au chef de la hiérarchie spirituelle. Surpris de cette bulle, Philippe-le-Bel assemble les seigneurs, les prélats et les notables des villes (c’est la première assemblée nationale de la troisième race dans laquelle les députés du tiers-état aient été admis) à Notre-Dame de Paris, le 10 avril 1302. Les seigneurs protestent contre les prétentions du pape, et les prélats le supplient de conserver l’ancienne union entre l’église et l’État. Les cardinaux répondent aux seigneurs français que le pape n'avait jamais écrit au roi qu’il dût reconnaître de lui le temporel de son royaume. Désaveu remarquable, mais peu sincère, comme le prouve la conduite ultérieure du pape

Philippe s’était appuyé sur la nation pour repousser les prétentions pontificales ; cette même année 1302, la victoire remportée à Courtray par les Flamands révoltés, qui, dans la journée du 11 juillet, tuèrent le comte d’Artois et plus de 20,000 Français, le força de faire un nouvel appel à toute l'énergie nationale ; il assembla le ban et l’arrière-ban (le ban se rapportait aux fiefs, l'arrière-ban aux arrière-fiefs), imposa le cinquième sur tous les revenus de ses sujets et augmenta le prix des monnaies. L’année suivante, mai 1302, il parvint à détacher le roi d’Angleterre de l’alliance des Flamands moyennant la cession de la Guyenne, et la victoire de Mons-en-Puelle qu’il remporta le 18 août 1304, força les Flamands à demander la paix.

Après la mort de Boniface VIII, arrivée en 1303, Philippe se rapprocha de Benoît XI, son successeur, et celui-ci étant mort en 1305, il parvint à faire revêtir de la tiare Clément V, français de nation, et qui lui était dévoué. Ainsi, complètement réconcilié avec le Saint-Siège, il se hâta de s’entendre avec le pape pour l’accomplissement d’un grand projet qu’il méditait depuis longtemps, celui de détruire l’ordre des Templiers dont la puissance lui portait ombrage.
Ce célèbre procès commença en 1307 par la dénonciation du prieur de Montfaucon de la province de Tolose et de Naffé Dei, florentin, qui accusèrent les Templiers d’avoir renié Jésus-Christ, trahi la chrétienté, adoré une idole revêtue de la peau d’un homme, de rôtir des enfants et de frotter cette idole de la liqueur qui en provenait. Le 13 octobre 1307, soixante chevaliers et le grand-maître, Jacques de Molay, sont arrêtés à Paris, les autres sont saisis à la même heure par toute la France, et le pape manda à tous les souverains de l’Europe de sévir contre eux, La procédure dura pendant toute la fin du règne de Philippe-le-Bel. A la seconde session du concile général de Vienne, présidé par le pape et auquel assistèrent plus de 300 évêques, outre les abbés, les prélats et les prieurs, la suppression de l’ordre fut prononcée, malgré une forte opposition. Molay, transféré des prisons de Paris dans celles de Corbeil, conduit de Corbeil à Château-Chinon, fut alors ramené à Paris où l'on acheva son procès. L’an 1314, le 18 mars, après avoir rétracté publiquement les aveux que les tortures lui avaient d’abord arrachés, il fut condamné au feu. L’exécution eut lieu dans l’endroit où se trouve maintenant la place Dauphine. Gui, dauphin d’Auvergne et commandeur d’Aquitaine, fut son compagnon de supplice. Tous deux protestèrent de leur innocence, et citèrent le roi et le pape au tribunal de Dieu, Philippe IV dans l’année et le pape dans quarante jours. Le pape mourut en effet le 14 avril 13i4, et Philippe ne lui survécut que peu de mois. Il mourut le 29 novembre des suites d’une chute de cheval. « Ce prince était le plus bel homme de son temps, brave, mais peu heureux à la guerre ; la plupart de ses entreprises tournèrent mal. Il était vindicatif à l’excès, dur et impitoyable envers le peuple. Pendant le cours de son règne, il y eut plus d'impôts, de taxes et de malversations que sous tous les règnes précédents. »


Philippe est le dernier de nos rois qui ait fait usage du monogramme dans ses diplômes (caractère factice, d’une ou plusieurs lettres, ordinairement les initiales du nom. On s’en servait comme de signature). Il est le premier qui se soit servi de cette formule : Par la plénitude de la puissance royale.
En 1294, il rendit sédentaire à Paris le Parlement qui auparavant suivait la cour. On lui doit la légende de nos monnaies : Sit nomen Domini benedictum. Il la fit mettre pour la première fois sur la monnaie que l’on frappa le 4 août 1289.
Philippe-le-Bel permit le duel en matière criminelle : Saint-Louis l’avait défendu en toute matière.
Sous son règne la cavalerie commença à quitter le haubert ou la jaque de maille et la cotte d’arme, pour prendre l’armure complète de fer.
Il ôta aux seigneurs le droit de fabriquer des espèces d’or et d’argent, et étendit sur tout le royaume la juridiction de ses baillis, restreinte jusqu’alors aux domaines royaux.

****************

Notre figure le représente revêtu de la simarre royale fourrée d’hermine, la couronne sur la tête et le sceptre à la main.

Simarre : Habillement long et traînant, dont les femmes se servaient autrefois. Il s'est dit aussi d'une robe d'homme. Espèce de soutane que certains magistrats portent sous leur robe. (Dictionnaire Le Littré)
La Simarre est un habit de femme qui a de longues manches pendantes. Ce mot vient de l'italien zimarra, qui vient de l'espagnol samarra,. L'espagnol l'a pris des arabes, et les arabes des persans, dont ont a fait aussi le mot chamarrer (Menage) (Dic Le Furetière-1690 ).

 

Gravure (de Léopold Massard) et texte extrait de l'ouvrage
Costumes français depuis Clovis jusqu'à nos jours, publié par A. Mifliez en 1855


Répertoire des termes de l'habillement

Roy précédent         /       Portraits des rois de France        /       Roy suivant
Article de Wikipedia

 

Si vous voulez toute la liste des P
cliquez ici

 

 

 

Haut de page

droits déposés
Dépôt de Copyright contre toute utilisation commerciale
des photographies, textes et/ou reproductions publiées sur ce site
Voir explications sur la page "Accueil"

Plan de site Recherches Liens e-mail