Accueil Présentation Contenu Galerie Répertoire Lieux Thèmes

Pourpoint

Terme du Petit dictionnaire de l'habillement

 




Pourpoint : substantif masculin. Habillement d’homme pour la partie supérieure du corps depuis le cou jusqu’à la ceinture. On a fait des pourpoints tailladés, et d’autres fermés ; des pourpoints de peau de senteur, de satin, de drap, de toile. Panurge disait que l’eau était entrée dans ses souliers par le collet de son pourpoint. Un pourpoint sans manches se met en été sous la soutane. Des pourpoints à grandes basques, et à petites basques. Les duellistes mettaient pourpoint bas, pour montrer qu’ils se battaient sans supercherie. Ce mot vient du Latin perpunctum. Ménage. C’était un habit militaire ou cotte d’armes qui était faite de laine ou de coton, piquée entre deux étoffes, qu’on appelait autrefois gambeson.
On dit proverbialement, Il faut sauver le moule du pourpoint pour dire, son corps. On dit aussi, Il y a un sot dans son pourpoint, pour dire, que c’est un sot. Tirer on coup à brule-pourpoint, pour dire, à bout portant. On appelle aussi figurément un argument à brade-pourpoint, qui est convaincant. On dit aussi qu’on a donné un pourpoint de pierre à quelqu’un   pour dire, qu’on l’a mis en prison. On dit aussi, qu’on met un homme en pourpoint, quand on l'a dépouillé de son bien.
(Dic. Furetière, 1690)

Pourpointier : substantif masculin. C’était ci-devant un Maître dans un Corps de Marchands de Paris qui ne vendaient que des pourpoints et des manteaux ; il y avait un Corps de Drapiers Chaussetiers qui ne vendaient que des hauts et bas de chausses. Il fallait avoir affaire à ces deux sortes d’Ouvriers pour s’habiller, parce que le pourpoint et les chausses étaient alors de différente parure. Depuis peu d’années on a fait union du Corps des Pourpointiers à celui des Tailleurs, à cause des différents perpétuels qu’ils avaient ensemble, prétendants que les Tailleurs qui n’étaient pas Marchands n’avaient pas droit de faire des fournitures.

... Il paraît qu'à cette époque les tailleurs d’habits d’hommes s’apelaient pourpointiers, ou plutôt il y avait deux espèces de tailleurs, dont les uns faisaient les robes, et les autres les habits courts ou pourpoints. Le travail des tailleurs a varié bien des fois depuis que la monarchie subsiste. Comme il n’existe aucun livre écrit avant ou pendant le XVIe siècle qui traite particulièrement des habits que portaient nos aïeux, on ne peut, pour en parler, qu'avoir recours aux anciens monuments, à d’anciennes gravures, et à plusieurs passages de nos premiers poètes ou de nos vieux romanciers.

(Dic. Furetière, 1690)

 

 

Retour à la liste des termes du Petit dictionnaire de l'habillement Le Petit dictionnaire de l'habillement


 

Le terme ci-dessus est l'un de ceux utilisé pour décrire, le cas échéant, le costume du personnage en illustration, provenant de l'ouvrage :
'Costumes français depuis Clovis jusqu'à nos jours', publié par A. Mifliez en 1855.


 

 

 

 

Haut de page

droits déposés
Dépôt de Copyright contre toute utilisation commerciale
des photographies, textes et/ou reproductions publiées sur ce site
Voir explications sur la page "Accueil"

Plan de site Recherches Liens e-mail