Accueil Présentation Contenu Galerie Répertoire Lieux Thèmes

 

Marguerite de Provence, reine de France
1221 - 1295

Marguerite de Provence, reine de France - gravure de Léopold Massard - reproduction © Norbert Pousseur

Gravure (de Léopold Massard) et texte extrait de l'ouvrage 'Costumes français depuis Clovis jusqu'à nos jours', publié par A. Mifliez en 1855

 

Marguerite, reine de France, fille aînée de Raimond-Bérenger III, comte de Provence, fut mariée en 1234, à Louis IX, dont elle fit le bonheur par ses vertus, et qui, de son côté, lui témoigna toujours la plus vive tendresse. Cette princesse ayant accompagné son époux dans l’expédition d’Égypte, se trouva assiégée dans Damiette par les Sarrasins ; elle était enceinte et n’avait plus d’espoir d’être secourue ; c’est alors qu’elle pria un vieux chevalier de lui couper la tête si la ville était prise, et que celui-ci lui répondit : J’y avais déjà pensé. Elle sortit cependant de Damiette avant la reddition de cette place, et quand la mort de la reine Blanche rappela Louis dans ses États, elle y revint avec lui, et, sans prendre part au gouvernement, elle lui donna de sages conseils. Après la mort de son époux, elle vécut dans la retraite et multiplia les fondations pieuses. Elle mourut en 1295, à Paris, dans le couvent des religieuses de Sainte-Claire qu’elle avait fondé. Elle avait donné onze enfants à Louis IX.

 

La coiffure de cette reine est fort bizarre ; on n’en trouve plus de semblables sur les monuments du XIIIe siècle : cependant les historiens postérieurs parlent d’une coiffure fort élevée, qu’on nommait dans les siècles suivants à la grecque : ne serait-ce pas celle-ci ? La couronne est placée à son sommet, et est fixée sur la tête par un voile qui passe sous le menton. Cette reine porte le grand manteau royal bleu, bordé d’hermine et chargé de fleurs de lis d’or. Dessous ce manteau est un vêtement dont les manches sont brunes, avec des dessins en or, tandis que la partie de la robe qui paraît sur les côtés du corps et au bas du manteau, est d’un violet clair avec des dessins de la même couleur, mais plus foncés. Par-dessus cette robe, dont le bas est brodé en perles et en pierreries, est un surcot en hermine.

Surcot : On donnait ce nom à un vêtement qui se passait sur les épaules ; il était de la même largeur et par derrière et par devant, échancré sur les côtés, et retombait jusqu’au bas des hanches, où il s’attachait à un jupon qui était fort long. Les dames le portaient par-dessus une robe à manches, ornée d’une ceinture très riche ; elles l’enrichissaient et le variaient à l’infini. On cessa de le porter vers la fin du règne de Charles VIII.

Voir aussi, sur ce site, la statue de cette reine, au jardin du Luxembourg de Paris

 

Reine précédente        /     Costumes français        /       Reine suivante
Répertoire des termes      /       Article de Wikipedia

 

Si vous voulez toute la liste des M
cliquez ici

 

 

 

 

Haut de page

droits déposés
Dépôt de Copyright contre toute utilisation commerciale
des photographies, textes et/ou reproductions publiées sur ce site
Voir explications sur la page "Accueil"

Plan de site Recherches Liens e-mail