Accueil Présentation Contenu Galerie Répertoire Lieux Thèmes

Éléonore d'Autriche, reine de France
1498 - 1558

Les costumes en France à travers les âges

Éléonore d'Autriche, reine de France - Gravure reproduite puis restaurée par © Norbert Pousseur

Gravure et texte extrait de l'ouvrage
'Costumes français depuis Clovis jusqu'à nos jours', publié par A. Mifliez en 1835

 

Éléonore d'Autriche était sœur aînée de Charles-Quint, et naquit à Louvain en 1498. Elle n’avait que huit ans lorsqu’elle perdit son père, l’archiduc Philippe d'Autriche. Elevée à la cour de son frère, elle en faisait l’ornement. Frédéric II, frère de l’électeur palatin, qui vint à cette cour en 1514 ou 1515, conçut pour Éléonore une passion vive, et la princesse n’y fut pas insensible ; mais leur intrigue fut découverte à Charles-Quint, et ce prince, d’après les conseils de Chièvres, jugea plus convenable aux intérêts de sa politique d’éloigner de sa cour le jeune prince palatin, et de marier sa sœur au roi de Portugal.
C'était Emmanuel, dit le Grand et le Fortuné, qui avait vu cette monarchie s’élever, sous son règne, au plus haut point de gloire et de puissance ; mais il était déjà âgé, infirme, bossu, et pouvait à peine se soutenir sur ses jambes. Le mariage fut conclu en 1519. Eléonore vécut assez heureuse à la cour de Lisbonne ; mais son séjour n’y fut pas long. Emmanuel étant mort en 1521, et la laissant veuve avec deux enfants, la jeune reine revint à la cour d’Espagne.
Le prince palatin fit encore quelques démarches pour obtenir la main de cette riche douairière. Charles-Quint, de son côté, eut l’idée de la faire épouser au connétable de Bourbon ; mais la victoire de Pavie et la captivité de François Ier firent éclore d'autres projets. Après bien des négociations, Marguerite d’Autriche, tante de Charles-Quint, et Marie de Savoie, mère de François Ier, procurèrent la paix à la chrétienté, et Eléonore en fut le lien.
La liberté fut rendue au roi de France par le traité de Cambrai (1525), dont la première clause fut le mariage d‘Eléonore avec ce monarque, déjà veuf de la reine Claude. Arrivée à la cour de France, où elle fut reçue par des fêtes magnifiques, tous les poètes du temps célébrèrent à l’envi cette alliance. La reine ne trouva pas auprès du jeune et galant François, le bonheur qu’elle avait goûté à Lisbonne. Il est vrai qu’elle était de toutes les fêtes de la cour, et servait d'ornement aux parties que le roi faisait à Fontainebleau et à Saint-Germain ; mais ce prince la délaissait souvent pour ses maîtresses, dont le crédit réduisait celui d’Eléonore à peu de chose. Elle employa le sien, tant qu’elle put, à maintenir l’union entre son frère et son mari, ou à rapprocher ces deux puissants monarques. Éléonore n’eut point d'enfants de son second mariage. Devenue veuve une seconde fois, en elle se retira d’abord dans les Pays-Bas et ensuite (1556) en Espagne, où elle mourut à Talavera, près Badajoz, en 1558. Son corps fut porté à l’Escurial.

 

Son costume : Éléonore d'Autriche, sur cette représentation copiée de Gaignières, porte une robe brune à dessins or. La jupe de dessus est rouge, rayée d’argent ; ses manches, fourrées et à taillades blanches et rouges, sont extraordinairement larges.

 

François 1er, roi de France, en habit de tous les jours - gravure de Léopold Massard - reproduite et restaurée par © Norbert Pousseur
François Ier, époux d'Éléonore d'Autriche

 

 

Reine précédente        /     Liste  /   Présentation       /       Reine suivante
Dictionnaire de l'habillement      /       Eléonore d'Autriche sur Wikipedia

 

Cliquez sur cette gravure de Eléonore d'Autriche
pour pouvoir l'agrandir en zoomant


Si vous voulez toute la liste des E
cliquez ici

 

 

Haut de page

droits déposés
Dépôt de Copyright contre toute utilisation commerciale
des photographies, textes et/ou reproductions publiées sur ce site
Voir explications sur la page "Accueil"

Plan de site Recherches Liens e-mail