Accueil Présentation Contenu Galerie Répertoire Lieux Thèmes

Marie d'Anjou, reine de France
1404 - 1463

Les costumes en France à travers les âges

Marie d'Anjou, reine de France, dessinée  par Léopold Massard - reproduction © Norbert Pousseur

Gravure (de Léopold Massard) et texte extrait de l'ouvrage
'Costumes français depuis Clovis jusqu'à nos jours', publié par A. Mifliez en 1855

 

Marie d’Anjou, reine de France, naquit le 14 octobre 1404, de Louis II, roi titulaire de Naples et de Sicile, duc d’Anjou, et d’Yolande d’Aragon. Cette princesse fut fiancée, en 1413, à Charles VII, et mariée à ce prince en 1422. Voici ce qu’en dit l’historien Varillus : « Elle était si accomplie pour ce qui regarde l’esprit et la vertu, qu’encore que la satire fût alors tellement en vogue, principalement à l’égard des personnes du premier rang, qu’il était presque impossible de l’éviter, il ne s’en trouve néanmoins aucune contre Marie d’Anjou ; ce qui montre qu’elle était exempte, non seulement des défauts de la cour de Charles VII, mais encore du soupçon qu’elle y eut part. »
Lorsque Charles VII monta sur le trône, les Anglais inondaient la France, et le découragement des peuples, joint à l’infidélité des Grands du royaume, favorisait les armes de ces étrangers. Marie d’Anjou se servit du pouvoir que sa douceur lui donnait sur les esprits pour apaiser les murmures des mécontents, ranimer le courage abattu des uns, réveiller l’honneur et la vertu des autres, et rappeler à tous leurs devoirs et leurs serments.
Dans ces temps déplorables et trop funestes à la France où Charles VII se contentait de dessiner des parterres, de danser des ballets et de régner sur ses maîtresses, la reine soutenait seule l’État penchant vers sa ruine ; elle s’opposait aux résolutions des Anglais, à celles mêmes de son époux concernant les affaires de la monarchie ; et ce fut elle principalement qui dissuada Charles VII du dessein qu’il avait pris d’abandonner aux ennemis leurs conquêtes pour se retirer en Dauphiné.

Charles VII en habit de deuil,  dessiné par Léopold Massard - reproduction © Norbert Pousseur Charles VII, son époux

Tant de bonnes qualités et de mérite ne purent conserver a Marie d’Anjou que l’estime de son mari. Trop épris de ses maîtresses, il leur donnait tous ses soins et toutes ses complaisances, et ne parlait pas même à la reine, qui supportait ces disgrâces avec patience. Jamais cependant princesse n’eut plus d'occasion de se venger, et ne fut plus éloignée d’en profiter. Sollicitée, tantôt par les Anglais, tantôt par les Français rebelles, et souvent même par le Dauphin, son fils, elle ne répondit  à ces invitations que pour éclairer les démarches des ennemis et gagner des sujets à son volage époux. Après la mort de ce prince, elle continua de signaler son attachement et sa tendresse pour lui par un grand nombre de fondations pieuses, entre autres par celle de douze chapelles ardentes, dans chacune desquelles il y avait douze prêtres obligés de prier jour et nuit, sa vie durant, pour l'âme du feu Roi son Seigneur. Elle allait tous les mois à Saint-Denis, et y faisait célébrer un service à la même intention. Elle avait fait à Bourges, où elle demeura quelque temps, trois fondations, d’un hôpital pour les malades, d’un autre pour les voyageurs, et d'un collège pour les pauvres orphelins. Elle mourut le 29 novembre 1463, à l’abbaye des Châtelliers, en Poitou, d’où son corps fut apporté à Saint-Denis. Elle avait eu de son mariage douze enfants, quatre fils et huit filles. Louis XI, l'ainé de ceux-là, fut le successeur de Charles VII.


Son costume : cette gravure correspnd au portrait le plus authentique qui ait été fait d’après Marie d'Anjou, femme de Charles VII L’original de ce portrait, précieux pour la ressemblance et la vérité, appartenait autrefois à M. Gaignières.
Marie d’Anjou porte un bonnet pointu, par-dessus une espèce de coiffe blanche plissée comme celles de nos jours. Sa robe de dessus, ouverte et rejetée en châle sur les épaules, laisse voir un vêtement lacé qui serre la gorge, recouverte d’une chemise plissée, comme les dames les portent souvent aujourd’hui. Le collier, d’assez bon goût de dessin, est composé d’or et de pierres précieuses. 

Chemise : Les anciens n’ont point usé de chemise. On n’est point d’accord sur le temps où l’on a porté des chemises en France.
Sous Charles VI et Charles VII, l’usage des chemises de toile était peu répandu ; on ne se servait que de chemises de serge. On taxa de luxe extraordinaire la reine Isabeau de Bavière, parce qu’elle avait deux chemises de toile. Anne d’Autriche, mère de Louis XIV, avait la peau si délicate, qu’on ne pouvait trouver de batiste assez fine pour lui faire des chemises. Le cardinal Mazarin avait coutume de lui dire : « Si vous allez en enfer, vous n’aurez pas d’autre supplice que de coucher dans des draps de toile de Hollande ».
Duloir rapporte que le sultan Mourat ayant pris Boydat par une intelligence avec le gouverneur, la femme de celui-ci s’étant empoisonnée pour ne point survivre à cette trahison, le sultan, par rareté, fit apporter à Constantinople, dans son trésor, deux chemises de cette généreuse dame, qu’il choisit parmi le butin, parce qu’elles étaient tellement enrichies de pierreries, qu’on les prisait 50 mille sequins.
De nos jours, nos dames n’ont enrichi le bas de leurs chemises que de mousselines et de dentelles.
Le vieux de la Montagne envoya des ambassadeurs à Saint-Louis lorsqu’il était en Palestine : « Sire, lui dirent-ils, nous sommes venus à vous de part notre sire, et il vous mande que tout ainsi que la chemise est l’abellement le plus près du corps de la personne, ainsi vous envoie-t-il sa chemise que voici, dont il vous fait présent, en signifiance que vous êtes celui roi lequel il aime le plus  à voir en union et à entretenir ».
En 1771, Mme la duchesse de Bourbon accoucha du duc d’Enghien, après avoir souffert pendant quarante-quatre heures des douleurs que les femmes seules peuvent apprécier. L’enfant vint au monde tout noir et sans mouvement : 0n l’enveloppa d’une chemise trempée dans l’esprit-de-vin, mais ce remède faillit lui être funeste, car une étincelle ayant volé sur le linge, le feu s’y mit. Cet accident fut arrêté par les soins de l’accoucheur et du médecin. Ce premier événement de la vie du duc présageait sa fin malheureuse.
On appelle chemisette une sorte de camisole ou partie du vêtement qui va jusqu’à la ceinture et qui couvre les bras, le dos et l’estomac. Hommes et femmes portent cet ajustement de dessous.

 

L'habillement d'une reine et de sa chemise : Mme Campan fournit dans ses Mémoires un article assez plaisant qui trouve ici sa place. « L’habillement de la reine (Marie-Antoinette) était un chef-d’œuvre d’étiquette ; tout y était réglé, la dame d’honneur et la dame d’atours : toutes deux s’y trouvaient ensemble, aidées de la première femme et de deux femmes ordinaires qui faisaient le service principal ; mais il y avait entre elles des distinctions : la dame d’atours passait le jupon, présentait la robe, la dame d’honneur versait l’eau pour laver les mains et passait la chemise. Lorsqu’une princesse royale se trouvait à l’habillement, la dame d’honneur lui cédait cette dernière fonction  mais ne la cédait pas directement aux princesses du sang ; dans ce cas, la dame d’honneur remettait la chemise à la première femme, qui la présentait à la princesse du sang. Chacune de ces dames observait scrupuleusement ces usages comme tenant à ses droits. Un jour d’hiver, il arriva que la reine, déjà toute déshabillée, était au moment de passer sa chemise ; on gratte à la porte, on ouvre : c’est la duchesse d’Orléans ; ses gants sont ôtés, elle s’avance pour prendre la chemise, mais la dame d’honneur ne doit pas la lui présenter ; elle me la rend, je la donne à la princesse. On gratte de nouveau : c’est Madame, comtesse de Provence. La duchesse lui présente la chemise. La reine tenait ses bras croisés sur sa poitrine et paraissait avoir froid. Madame voit son attitude pénible, se contente de jeter son mouchoir, garde ses gants, et, en passant la chemise, décoiffe la reine qui se met à rire pour déguiser son impatience, mais après avoir dit deux fois entre ses dents : C’est odieux ! quelle importunité ! »


Dictionnaire de l'habillement      /        Costumes français
Son article sur Wikipedia

 

Cliquez sur cette gravure de Marie dAnjou pour pouvoir l'agrandir en zoomant


Si vous voulez toute la liste des M
cliquez ici

 

 

Haut de page

droits déposés
Dépôt de Copyright contre toute utilisation commerciale
des photographies, textes et/ou reproductions publiées sur ce site
Voir explications sur la page "Accueil"

Plan de site Recherches Liens e-mail