Accueil Présentation Contenu Galerie Répertoire Lieux Thèmes

 

Lothaire 1er, empereur d'Occident
795 - 855

Lothaire 1er, en son costume, dessiné par Massard - reproduction © Norbert Pousseur

Gravure et texte extrait de l'ouvrage 'Costumes français depuis Clovis jusqu'à nos jours', publié par A. Mifliez en 1855

 

Lothaire Ier, troisième empereur d’Occident depuis Charlemagne, né vers l’an 795, était fils de Louis-le-Débonnaire, qui l’associa à l’empire en 817, et le nomma roi des Lombards en 820. Lothaire se ligua avec ses deux frères, Pépin et Louis, pour empêcher que leur père ne donnât, à leur détriment, un royaume à leur plus jeune frère Charles, depuis surnommé le Chauve, fils de l’im­pératrice Judith. Après la mort de Louis-le-Débonnaire, Lothaire crut qu’il parviendrait à réduire Louis-le-Germanique à la Bavière, et Charles-le-Chauve à l’Aquitaine (Pépin était mort à cette époque ). Les deux frères s’unirent contre lui, et donnèrent cette fameuse bataille de Fontenay, dans laquelle les historiens prétendent qu’il périt cent mille gentilshommes. Lothaire fut vaincu. Les trois frères signèrent à Verdun un traité de paix, par lequel l’empire fut partagé en trois royaumes égaux en forces, et surtout indépendants l’un de l’autre. Lothaire garda, avec le titre d’empereur, l’Italie et quelques pro­vinces de France; Louis eut la Germanie, c’est-à-dire tous les États situés au-delà du Rhin, avec quelques villes sur la rive gauche ; Charles-le-Chauve resta roi de France, c’est-à-dire de la partie qu’on nommait alors la Neustrie et l’Aquitaine.
Lothaire saisit toutes les circonstances qui lui parurent favorables pour revenir à ses projets am­bitieux ; mais il fut rarement servi par la victoire ; et sa turbulente activité prouve qu’il n’avait pas assez de constance dans l’esprit pour suivre les desseins qu’il for­mait. Il fixa sa cour à Aix-la-Chapelle ; et, plusieurs années après, se sentant atteint d’une maladie mortelle, il abdiqua l’empire, partagea ses États entre ses trois fils Louis, Charles et Lothaire, et se retira dans le couvent de Prum en Ardennes où il mourut en 855, dans la 60e année de son âge.

Le costume de Louis Ier, consiste en deux tuniques : l’une, de laine, est longue et moins ample que la toge romaine ; l’autre, de peau de loutre, descend un peu plus bas que les genoux. Par-dessus il porte une chape très riche. Il est coiffé d’une mitre, dont le bas est en or, et de laquelle pendent deux bandelettes terminées par des franges. Il tient d’une main un sceptre, et de l’autre un globe, marque de l’empire.

Répertoire des termes      /       Costumes français
Article de Wikipedia

 

Si vous voulez toute la liste des L
cliquez ici

 

 

 

 

Haut de page

droits déposés
Dépôt de Copyright contre toute utilisation commerciale
des photographies, textes et/ou reproductions publiées sur ce site
Voir explications sur la page "Accueil"

Plan de site Recherches Liens e-mail