Accueil Présentation Contenu Galerie Répertoire Lieux Thèmes

 

Chilpéric, neuvième roi de France
527 - 584

Chilpéric, roi de France - gravure de Daret - repro © Norbert Pousseur

Mon, règne a commencé par de fâcheux auspices

 

CHILPERIC IX Roy DE FRANCE Fils de Clotaire prit le Sceptre après La mort de son frère Cherebert l'an 572. Son premier dessein ce fut de prendre son neveu Childebert fils de Sigibert d'Austrasie pour joindre ses biens à son Royaume, mais fut trompé par l'adresse de Brunehaut. Après il mit une belle armée sous les ordres de son fils Mérovée pour s'emparer de l'Aquitaine, dont Gontran était souverain. Ce Prince au lieu d'obéir à son père se rendit à Rouen, ayant une amour violente pour Brunehaut, veuve de son Oncle qu'il épousa. Ce qui portant son père jusqu'à la fureur, le poursuivit et l'ayant attrapé il le fit donner l'ordre de prêtrise et l'envoya dans une Abbaye du Vendôme et fit dégrader Prétextat évêque de Rouen qui avait fait ce mariage. Mérovée trouve moyen de sortir se retire en Austrasie après en Champagne où il fut massacré. Pretextat fut remis et assassiné par les ordres de Frédégonde. Ce ne fut qu'un échantillon des cruautés de Frédégonde. Elle avait deux enfants bâtards que la justice du Ciel lui ravit. Clovis 2e fils de la première femme de Chilpéric se promettait alors de régner ce que Frédégonde reconnut. Elle lui fit donner un coup de couteau qui le mit au nombre des morts. Le Roy épousa Galsonde fille du Roy d'Espagne mais Frédégonde donna de sinistres impressions de la fidélité de sa femme qu’il l'étrangla, et épousa Frédégonde. Cette louve s'abandonna à Landry de la Tour, Maire du Palais. Le Roy étant résolu d’aller à la chasse entra dans l'appartement de cette méchante. Elle se peignait. Il s'en approcha sans bruit lui toucha le derrière de la tête avec une baguette. Elle crut que c'était Landry, lui dit Ah Landry vous ne faites pas en bon cavalier, il frappe par devant et vous me prenez par derrière. Chilpéric va à la chasse. Elle envoya quérir Landry et le firent tuer au retour de la chasse l'an 587. Il laissa un fils de cet adultère âgé de 4 mois nommé Clotaire 2e. Son tombeau est en St Germain des Prés. Pelage II séant à Rome et Maurice gouvernant L'Empire.

A Paris chez Boissevin à la rue St Jacques proche la fontaine St Séverin.
Avec privilège du Roy.

 

Retranscription du texte de la gravure (Gravure de Pierre Daret ?)


 


 

Chilpéric 1er, roi de France - Costumes de France - reproduction © Norbert Pousseur

Chilpéric 1er, le plus jeune des fils de Clotaire 1er, prit les armes aussitôt après la mort de son père, et marcha sur Paris, dans l’intention d’en faire le siège de son royaume. Ses trois frères se réunirent pour le contraindre à s’éloigner de Paris, et à s’en rapporter au sort qui lui donna le royaume de Soissons, l’an 561. Un an après ce partage, tandis que son frère Sigebert était occupé à repousser les Arabes, Chilpéric envahit ses États, et lui enleva la ville de Reims. Deux ans plus tard, Sigebert se vengea de cette invasion ; et non seulement il reprit les villes qui lui avaient été enlevées, mais il s’empara encore de Soissons, qu’il eut la générosité de rendre à Chilpéric. Celui-ci, oubliant ce bienfait, lui fit encore la guerre en 573 et 575, jusqu’à ce que, se trouvant assiégé dans Tournai, et réduit à l’extrémité, il n’échappa à ce danger que par l’assassinat du malheureux Sigebert, ordonné par Frédégonde. Chilpéric eut aussi plusieurs démêlés avec Gontran, et ce fut en vain que des hommes sages ménagèrent une conférence qui eut lieu à Troyes, et dans laquelle les trois monarques, se touchant dans la main, promirent solennellement de rester unis ; mais cette promesse fut presque aussitôt violée, et la destinée des trois frères fut d’avoir toujours l’un contre l’autre les armes à la main. La première femme de Chilpéric se nommait Audouaire ; il la quitta par amour pour Frédégonde, qu’il éloigna ensuite, afin d’épouser Galsuinde, fille du roi d’Espagne Athanagilde, et sœur de Brunehaut ; mais revenant bientôt à sa maîtresse, il la couronna, après avoir fait assassiner Galsuinde. L’assassinat de cette princesse fut l’origine de la haine que se vouèrent Brunehaut et Frédégonde, haine qui enfanta plus de crimes que n’en présente aucune autre époque de l’histoire de France : aussi ne doit-on pas s’étonner si les anciens historiens ont appelé Chilpéric le Néron et l'Hérode de son temps. Il fut assassiné à Chelles, l’an 584, par les ordres de Frédégonde, si l’on en croit quelques historiens qui n’appuient cette assertion d’aucune preuve suffisante, et enterré à St-Vincent.

Le costume de ce prince est fort remarquable ; il se compose de deux tuniques et d’un bardocuculle ou bardiacus cucullus.

Le bardocuculle faisait partie, dans ces temps reculés, du vêtement des habitants de la Saintonge et de Langres, et consistait en un capuchon qu’on attachait à un manteau, ou en un capuchon et un manteau. Ce capuchon était pointu ; et la pointe, qui n’était pas soutenue lorsqu’on ramenait sur la tête le bardocuculle se repliait et formait un crochet. Des bas-reliefs antiques, trouvés à Langres, nous montrent un personnage vêtu du bardocuculle ou manteau à capuchon. On en voit dans un dessin de Peiresc, publié dans le supplément de Montfaucon, et sur un bas-relief de Spon, où des paysans cueillent des fruits. Quoique la douceur du climat de Rome ne semble pas demander l’usage d’un manteau dans lequel la tête et le corps étaient entièrement cachés, le bardocuculle y devint cependant d’un usage assez commun. Vers le milieu des bas-reliefs de la colonne Trajane, on voit plusieurs hommes vêtus de grands manteaux, avec des capuchons pendants.

 

Gravure et texte extrait de l'ouvrage
Costumes français depuis Clovis jusqu'à nos jours, publié par A. Mifliez en 1855

Roy précédent         /       Portraits des rois de France        /       Roy suivant
Répertoire des termes      /       Article de Wikipedia

 

Si vous voulez toute la liste des C
cliquez ici

 

 

 

 

Haut de page

droits déposés
Dépôt de Copyright contre toute utilisation commerciale
des photographies, textes et/ou reproductions publiées sur ce site
Voir explications sur la page "Accueil"

Plan de site Recherches Liens e-mail