Accueil Présentation Contenu Galerie Répertoire Lieux Thèmes

 

L'Ordre de la Cosse du Genêt

Les costumes en France à travers les âges

Chevalier à l'Ordre de la Cosse du Genêt avec son collier, dessiné par Léopold Massard  - reproduction © Norbert Pousseur

Gravure (de Léopold Massard) et texte extrait de l'ouvrage 'Costumes français depuis Clovis jusqu'à nos jours', publié par A. Mifliez en 1855

 

L'ordre de la Cosse du Genêt a été institué par Saint-Louis à l’occasion de son mariage avec Marguerite de Provence, en 1234.
S’il faut en croire les historiens de l’époque, ce fut par humilité que Louis IX choisit cet arbuste pour emblème du nouvel ordre qu’il instituait, et, auquel, en effet, il donna pour devise ces trois mots de l’Écriture : Deus exaltat humiles ( Dieu élève le faible ). Le collier de cet ordre, dont nos deux planches ne peuvent reproduire tous les détails, était composé de cosses de genêts « esmailiées selon le naturel, entrelacées de fleurs-de-lys d’or dans des losanges, cléchées (c’est-à-dire découpées à jour), esmailiées de blanc, enchaînées ensemble, et au bas une croix florencée d’or, ainsi qu’est celle de la Chapelle du Roy. »
Les chevaliers portaient la cotte de damas blanc au chaperon violet, comme ils sont représentés sur nos deux figures. Leur nombre n’était point déterminé, il dépendait de la volonté de nos rois chefs de l'ordre, et il paraît que les chevaliers ne contractaient aucun engagement particulier, l’ordre du Genêt, purement honorifique, n'étant point régi par des statuts spéciaux.
La veille du couronnement de la reine Marguerite sa femme, Saint-Louis reçut solennellement le collier de l'ordre qu’il venait d’instituer, des mains de Gautier, archevêque de Sens. En 1238, lui-même le conféra à Robert de France, son frère, dans l’église abbatiale de Saint-Cornille de Compiègne, le lendemain du mariage de ce prince avec Mahauld, fille du duc de Brabant. « A cette solennité, dit Guillaume de Nangis, assista toute la noblesse de France tant hommes que femmes, deux mille chevaliers bannerets avec leurs sergents et varlets de pied en si grand nombre, que l’empereur Frédéric qui avait demandé à Saint-Louis une entrevue au lieu de Vaucouleurs, suivies frontières de France et de Lorraine, n’osa y venir dans la crainte des Français. »
Lors de l’assemblée des États-Généraux à Paris, en 1267, le même prince conféra, le jour de la Pentecôte, dans l’église Notre-Dame, l’ordre du Genêt, à Philippe de France son fils aîné, à son neveu Robert comte d’Artois, et à plusieurs barons et grands seigneurs de France. On déploya dans cette cérémonie toute la magnificence de l’époque ; et pendant les fêtes qui durèrent huit jours et davantage, (Guillaume de Nangis, Vie de Saint-Louis, ch. 61 cité par Favyn.) « les rues de Paris estoient toutes tendues de tapisseries, les boutiques fermées et les tables dressées enmy ( au milieu ) les rues, pour y banqueter à touts venants à la façon antique. »
Souvent il est arrivé aux peintres et aux sculpteursde représenter Saint-Louis, sans aucun ordre sur le mantelet de son manteau royal. C’est une erreur qu’il faut éviter ; ce prince en portait ordinairement deux : l’ordre du Genêt, dont nous parlons, et l’ordre de l’Étoile, dont on attribue, l’institution a Robert-le-Pieux, second roi de la troisième race. Saint-Louis est encore l’auteur d’un troisième ordre de chevalerie, celui du Navire d’Outremer ou du double Croissant. Le collier de cet ordre, composé de doubles coquilles et de doubles croissants entrelacés, supportait un médaillon sur lequel était représenté un vaisseau couvert de ses voiles. Il était spécialement destiné à récompenser ceux qui se distinguaient dans les Croisades ou les guerres d’Outremer, comme on disait alors. Cet ordre avait ses statuts particuliers.

Ordre de la Cosse du Genêt avec son collier, dessiné par Léopold Massard  - reproduction © Norbert Pousseur


Ces trois ordres, et spécialement ceux de l’Étoile et de la Cosse du Genêt, se maintinrent dans toute leur splendeur pendant plus de deux siècles. Il paraît même certain qu’ils ne furent définitivement supprimés que sous le règne de Louis XI, lorsque ce prince leur substitua, en 1469, l’ordre de Saint-Michel. En effet, Favyn cite des lettres de Charles V, datées du 6 juillet 1378, par lesquelles ce prince octroye l’ordre du Genêt à l’un de ses chambellans, Messire Geoffroy de Belleville, d’une très ancienne maison de Poitou : et la chronique de Jean de France, duc de Berry, nous apprend : « que lors de l’entrée de la reine Ysabeau de Bavière, à Saint-Denys en France, l’an 1389, au dict lieu, vint la royne de Sicile Marie de Blois, veufve de Monsieur Louis de France, roy de Sicile ; et Charles, prince de Tarente, vers le roy Charles sixiesme, qui les fit chevaliers de l’Estoile et de la Cosse de Genest, à grande magnificence et solemnité, et très ample assemblée, parce qu’ils estaient cousins du roy et beaux princes par excellence. »

L’emblème et la devise de l’ordre du Genêt furent encore adoptés par Saint-Louis, pour être mis sur les vêtements de la garde qu’il institua pour veiller à sa personne, lorsqu’il revint de son premier voyage de la Terre-Sainte. Ayant alors appris, dit en substance Guillaume de Nangis, qu’à l’instigation de Richard, roi d’Angleterre, le Vieux de la Montagne avait envoyé en France des assassins pour lui donner la mort, il prit, suivant l’avis de son Conseil, pour la garde de sa personne, cent gentilshommes de noble extraction, qui furent alors appelés serjents ly Roys.
« Chacun des dits serjents portoit la longue cotte et hocqueton blanc, tombant au dessouz des genoux et sans manches, diapré et semé de papillottes d’argent de relief ; devant et derrière estoit en broderie l’arbrisseau de Geneste, sur lequel une main sortant du ciel mettait une couronne, et pour âme de ladite devise, en un rouleau à trois replis : Deus exaltat humiles ( Dieu élève le faible ). »
Ces sergents étaient armés de masses d’armes de cuivre, et l’on regarde généralement leur institution comme l’origine des cent gentilshommes de la maison du Roi, et plus tard de la garde écossaise.

 

Voici la teneur des lettres indiquées par Favyn : « Charles, par la grâce de Dieu, Roi de France, à tous ceux qui ces présentes lettres verront : salut. Sçavoir fesons que pour la bonne relation qui faicte nous a esté de Geoffroy de Belleville, notre féal chambellan, et de sa bonne et noble génération, nous luy avons donné et octroyé, de grâce spéciale, qu’il puisse et lui loise, en toutes festes et compaignies, porter le collier de la Cosse de Geneste, sans qu’il en puisse être repris en aucune manière. Donné à Tours, sous notre scel, le sixième jour de juillet, l’an mil trois cent soixante et dix- huit, et de nostre règne le quatorzième. »

 

Vieux de la Montagne : Le voyageur Marco Polo et les historiens des Croisades, traduisant mal les mots Sceikh-Al-Djébal qui signifient le prince et non pas le Vieux de la Montagne, donnèrent ce nom devenu célèbre au chef d’une tribu qui habitait un coin de montagne dans la Syrie, et dont l’immense influence politique a étonné le monde pendant près de deux siècles. Les chefs de cette tribu, étant parvenus à établir pour dogme religieux le désir d’une vie future pleine de délices, et pour dogme politique le dévouement le plus absolu à leurs moindres volontés, surent se rendre redoutables aux Musulmans aussi bien qu’aux chrétiens. Ils n’avaient qu’à désigner une victime pour qu’elle fut aussitôt frappée. Ce dévouement était tel, qu’Hacen, un de leurs chefs, ayant été menacé par le sultan Gelaleddoulet, commanda à un de ses sujets, en présence de l’envoyé du Sultan, de se précipiter du haut d’une tour, et à un autre de se percer du fer dont il était  armé, ce qu’ils firent à l’instant. Alors Hacen, se tournant vers envoyé :  « Dites à votre maître que j’ai 70,000 hommes prêts à en faire autant. »

 

Pour plus de détails sur l'ordre de la Cosse de Genêt dont nous nous occupons, et sur ceux de l’Étoile et du Navire d’Outremer, dont nous dirons quelques mots, on peut consulter : Le Théâtre d’Honneur et de Chevalerie, etc., avec figures en taille douce naïvement représentées, par André Favyn, Paris, 1610, 2 vol. in-40, Tom.I, liv.III. — Heliot, Histoire des Ordres monarchiques, tom. VIII, ch. 37.

 

Note : Wikipedia à partir d'autres sources, donne une toute autre origine à cet Odre, et une période postérieure d'un siècle.
Au regard des citations, cet article-ci semble être plus exact que celui de Wikipedia.

A moins qu'il y ait eu un 'Odre de la Cosse du Genêt' (ci-dessus, sans S ) et un autre intitulé
' Ordre de la Cosse de Genêts' (avec S, cité par Wikipedia)
.


Répertoire des termes      /       Article de Wikipedia      /       Costumes français

Chevalier à l'Ordre de la Cosse du Genêt avec son collier, dessiné par Léopold Massard  - reproduction © Norbert Pousseur

 

Cliquez sur chacune de ces gravures
d'un chevalier avec son collier de l'Ordre de la Cosse du Genêt,
qui peuvent être agrandie jusqu'à environ 4 fois leur taille d'origine.

Ordre de la Cosse du Genêt avec son collier, dessiné par Léopold Massard  - reproduction © Norbert Pousseur


 

 

Haut de page

droits déposés
Dépôt de Copyright contre toute utilisation commerciale
des photographies, textes et/ou reproductions publiées sur ce site
Voir explications sur la page "Accueil"

Plan de site Recherches Liens e-mail