Accueil Présentation Contenu Galerie Répertoire Lieux Thèmes

Pierre Rogiers d'Auvergne
~1145 - 1197

Les costumes en France à travers les âges

Pierre Rogiers en son costume, dessiné par Léopold Massard - reproduction © Norbert Pousseur

Gravure (de Léopold Massard) et texte extrait de l'ouvrage 'Costumes français depuis Clovis jusqu'à nos jours', publié par A. Mifliez en 1855

 

Pierre Rogiers était un gentilhomme d’Auvergne. Ses parents le destinèrent à l’état ecclésiastique ; mais l’impulsion du génie l’entraînant ailleurs, il se fit troubadour et jongleur. Ermengarde, fille aînée d’Aimery II, vicomte de Narbonne, était héritière de son père et gouvernait ses états avec autant de gloire que de sagesse. Outre les grâces et l’esprit d’une femme aimable, elle avait les talents d’un politique et la valeur d’un chevalier. On prétend même qu’elle tenait Cour d’Amour dans son palais ; mais cet usage ne nous paraît pas si ancien. Ce fut à la cour de la vicomtesse que Rogiers se fixa : la faveur qu’il y trouva méritait sa reconnaissance. Attaché d’abord par les bienfaits, il aima en silence et avec la contrainte du mystère ; ensuite il chanta la vicomtesse sous des noms supposés. Ces sentiments délicats touchèrent Ermengarde ; elle ne dédaigna point les vœux du troubadour ; mais bientôt les soupçons, les bruits fâcheux se répandent de toutes parts. La réputation de la vicomtesse en est blessée ; jalouse de son honneur, elle éloigne de la cour celui qu’elle avait comblé de ses grâces.
Renaud, seigneur d’Orange, troubadour lui-même, reçut l’infortuné Rogiers, dont le chagrin était proportionné à la perte qu’il venait de faire. De la cour d’Orange, le poète passa successivement à celle d’Alphonse II, roi d’Aragon, et à celle de Raimond V, comte de Toulouse. La bienveillance dont l’honora ce dernier, n’effaça point l’impression du chagrin que le souvenir d’Ermengarde laissait dans son âme. Il quitta le monde où  il n’espérait plus de bonheur, et mourut moine de Grammont.

 

Cette figure est extraite d’un manuscrit français de la bibliothèque du Vatican. Elle porte une coiffure couleur de plomb et ornée de boutons d’or, qui recouvre un bonnet blanc ; le manteau est vert et rattaché sur la poitrine ; la tunique et les manches sont couleur de laque, et les chausses couleur de plomb.

 

Répertoire des termes      /        Costumes français
Article de Wikipedia

 


 

Si vous voulez toute la liste des R
cliquez ici

 

 

 

 

Haut de page

droits déposés
Dépôt de Copyright contre toute utilisation commerciale
des photographies, textes et/ou reproductions publiées sur ce site
Voir explications sur la page "Accueil"

Plan de site Recherches Liens e-mail