Accueil Présentation Contenu Galerie Répertoire Lieux Thèmes

    In english : Version anglaise de cette page
 

Madère et sa pêche vers 1820

Anciens costumes traditionnels de Madère

 

A Madère, pêcheur à la ligne, et son compagnon  - gravure de 1821  reproduite et restaurée par © Norbert Pousseur
Madère - ~1820 - pêcheur à la ligne, et son compagnon

 

gravure et texte extrait de
History of Madeira - 1821 (de ma bibliothèque)
Madère était alors sous domination britanique
Traduction faite à partir de traduction automatique, retravaillée,
mais sans le texte en vers.(voir le texte en anglais)
Le paragraphe sur les costumes est de l'auteur du site

La pêche à Madère


La côte de Madère est riche en produits de ses eaux. L'abondance, la variété et l'excellence des poissons, qui sont quotidiens, et même dit-on quasiment toutes les heures, sont parmi les bénédictions dont les habitants de cette île sont favorisés.
Comme la religion pratiquée n'est pas seulement exclusivement, mais de manière rigide, catholique romaine, l'abstinence fréquente de la viande en tant que rite religieux, et l'application conséquente au poisson, comme la seule nourriture permise pendant leurs nombreux jours de jeûne et saisons de l'abstinence, fait de la mer un réservoir essentiel de leur subsistance.
La demande est donc grande et l'offre est pleinement et à tout moment égale à cette demande.

Les rivières sont si rapides dans leur écoulement, et si interrompues par les chutes d'eau, que l'anguille est le seul poisson récompensant la quête du pêcheur de l'intérieur des terres.

Funchal a un marché aux poissons régulier, qui est approvisionné au moins trois fois par jour; et quelques heures seulement interviennent entre le transfert du produit de la mer à la table dont c'est une denrée essentielle.
Cette commodité découle, dans une large mesure, du fait que le port est principalement le théâtre du travail du pêcheur, qui y est si généralement et si largement récompensé, qu'il est rare que sa pêche soit vendue ailleurs.


Les costumes :
Nous voyons dans cette gravure un pêcheur à la ligne dont les habits, le chapeau, les souliers, son foulard à pois et le tonneau (de vin ?) fait penser qu’il s’agit d’un des habitants aisés de l’île.
L’autre personnage, qui porte une planche avec 6 poissons qui ressemblent à des soles, est lui, pieds-nu, avec le classique pantalon de coton blanc et une ample blouse de teinte unie, typique des travailleurs manuels de l'île, à cette époque
Comme ils avancent sur un chemin de terre, à l’intérieur de l’île, on peut penser qu’il s’agit de pêcheurs de rivière.
... Mais en ce cas, ce sont des anguilles qui devraient être portée sur la planche.

.

Précédent : Les habitants de l'Ouest de l'ile
Les costumes traditionnels Suite : Musiciens itinérants

Cette gravure de personnages de Madère peut être agrandie par zoom,
l'original mesurant 17x22 cm

 

Haut de page

droits déposés
Dépôt de Copyright contre toute utilisation commerciale
des photographies, textes et/ou reproductions publiées sur ce site
Voir explications sur la page "Accueil"

Plan de site Recherches Liens e-mail