Accueil Présentation Contenu Galerie Répertoire Lieux Thèmes

    In english : Version anglaise de cette page
 

Activités féminines rurales

Anciens costumes traditionnels de Madère

 

Activités rurales féminines à Madère vers 1820  - gravure reproduite et restaurée par © Norbert Pousseur
Madère -- ~1820 - Activités rurales

 

gravure et texte extrait de
History of Madeira - 1821 (de ma bibliothèque)
Madère était alors sous domination britanique
Traduction faite à partir de traduction automatique, retravaillée,
mais sans le texte en vers.(voir le texte en anglais)
Le paragraphe sur les coqtumes est de l'auteur du site

 

Paysannes broyant du maïs


Le travail représenté ici est attaché à la mouture du maïs indien, qui, bien que n'étant pas un produit indigène, est le principal article de subsistance parmi les classes laborieuses. L'une des paysannes broie le maïs à la meule de  pierre, que la gravure représente pleinement, tandis que l'autre femme est employée à le tamiser.
Lorsque les paysans vont dans les montagnes pour couper du bois, ils emportent une quantité suffisante de cette nourriture, cuite et froide, qui fournit les repas nécessaires.
C'est une race de gens très sobre et connue pour jouir d'un excellent état de santé: en effet, ils meurent généralement de ce qu'on peut appeler de vieillesse, malgré la sévérité de cette vie laborieuse à laquelle ils sont soumis. Leurs femmes âgées, telles qu'elles sont ici représentées, continuent à filer la laine, à l'aide de lunettes, même si elles n'en veulent pas toujours, jusqu’à la fin  de leur vie, dont l’illustration donne un exemple pittoresque.

Les femmes broyant le maïs en plein air est une espèce de travail bien connue dans les âges reculés de l'Antiquité. En Inde, où l’ethnographe recherche les mœurs et coutumes les plus anciennes, ce travail prévaut encore; et l'Écriture elle-même la mentionne comme familière à l'âge évangélique.
Entre autres signes de la fin du monde, il est mentionné dans St. Matthieu, ch. XXIV., V. 40, 41, " Alors  deux seront au champ, l'un sera pris et l'autre laissé. Deux femmes moudront au moulin, l'une sera prise et l'autre laissée "


Les costumes :
Les deux jeunes paysannes porte la classique robe à corset lacé, de teinte marron-clair, alors que la vieille dame a la tête enveloppée d’un foulard, et se tient chaud avec une petite veste bleue, et signe de distinction, sa robe est à rayures.


Précédent : Fermier et sa fille allant en ville
Les costumes traditionnels Suite :Jeune couple de campagnards avec guitare

Cette gravure de personnages de Madère peut être agrandie par zoom,
l'original mesurant 17x22 cm

 

Haut de page

droits déposés
Dépôt de Copyright contre toute utilisation commerciale
des photographies, textes et/ou reproductions publiées sur ce site
Voir explications sur la page "Accueil"

Plan de site Recherches Liens e-mail