Accueil Présentation Contenu Galerie Répertoire Lieux Thèmes

Tannegui du Châtel, vicomte de Bellière
143.. - 1479

Les costumes en France à travers les âges

Tannegui du Châtel, vicomte de Bellière, en son costume, dessiné par Massard - reproduction © Norbert Pousseur

Gravure (sans doute) de Léopold Massard et texte extrait de l'ouvrage 'Costumes français depuis Clovis jusqu'à nos jours', publié par A. Mifliez en 1855

Tannegui du Châtel, vicomte de la Bellière, formé  par son oncle Tannegui du Châtel à l'art de la guerre, marcha sur ses traces.
A la mort de Charles VII, il fut le seul courtisan qui ne quitta point le roi défunt pour le roi vivant ; il resta seul près du corps de son bienfaiteur; il donna les ordres pour ses obsèques et y dépensa trente mille écus, qui ne lui furent remboursés qu’au bout de dix ans.
Après avoir rempli ce triste devoir, il partit pour la cour du duc de Bretagne, François II, qui le nomma grand-maître de son hôtel. Il rendit d’importants services à ce prince ; mais ayant osé lui représenter que son goût excessif pour les femmes l’avilissait aux yeux de ses sujets, il encourut sa disgrâce et fut obligé de se réfugier en France.
Louis XI, désirant l’attacher à son service, le fit le grand-maître des écuries, et deux ans après (1468), le nomma gouverneur du Roussillon, que le roi d’Aragon lui avait engagé pour trois cent mille écus d’or.
Le vicomte de la Bellière fut l’un des premiers chevaliers de l'ordre de Saint-Michel. Employé tour à tour par Louis XI, dans les guerres et dans les négociations, il justifia partout la confiance que lui accordait ce prince soupçonneux. L’ayant accompagné au siège de Bouchain, tandis qu’il en examinait les fortifications avec le roi qui s’appuyait sur son épaule, il fut atteint d’un coup de fauconneau. Sentant sa blessure mortelle, il dicta ses dernières volontés et expira dans les derniers jours de mai 1479. C’est de lui qu’on disait aux obsèques de François II pareillement abandonné : Tannegui du Châtel, où es-tu ?

Son costume, se compose d’une casaque à mahoitre et d’un pourpoint vert relevé de dessins d’assez bon goût, en or. La casaque est amarante (couleur bordeaux clair) ; les chausses sont jaunes, et le bonnet, haut et pointu, doublé en hermine. La houppe, qui se voit au sommet de la coiffure est amarante et blanc. Le collet est bordé en or. Les souliers-bottines sont noirs.

 

Dictionnaire de l'habillement      /        Costumes français
Tannegui du Chastel sur Wikipedia

Si vous voulez toute la liste des T
cliquez ici

 

 

Haut de page

Droits déposés
Dépôt de Copyright contre toute utilisation commerciale
des photographies, textes et/ou reproductions publiées sur ce site
Voir explications sur la page "Accueil"

Plan de site Recherches Liens e-mail