Accueil Présentation Contenu Galerie Répertoire Lieux Thèmes

 

Jacques Galiot de Genouillac, sire d'Assier,
1465 - 1546

Jacques Galiot de Genouillac - Gravure  reproduite puis restaurée par © Norbert Pousseur

Gravure (de ?) et texte extrait de l'ouvrage 'Costumes français depuis Clovis jusqu'à nos jours', publié par A. Mifliez en 1835

 

Jacques Galiot de Genouillac, seigneur d'Acier (Assier, ortogrpahe actuelle), naquit dans le Quercy vers 1466. Il assista à la bataille de Fornoue, où Charles VIII le choisit pour un de ses preux, et il contribua au succès de cette journée. Il combattit vaillamment à Agnadel en 1509, fut nommé en 1512 pour remplir provisoirement les fonctions de grand-maître de l’artillerie, et, peu de temps après, confirmé dans cette place, « de laquelle, dit Brantôme, il connaissait les devoirs aussi bien qu'homme de France. » Il donna des preuves de sa capacité à la bataille de Marignan en 1515.
Chargé ensuite de faire passer des secours dans Mézières, il s'acquitta de cette commission importante et rejoignit l'armée dans le Milanais. Il était à la bataille de Pavie, et, dit encore Brantôme, « si le roi François l’eût voulu croire, peut-être ne l’eut-il pas perdue, ainsi le disait-on alors; car il faisait si bien jouer son artillerie que l'ennemi s'en sentit fort incommodé. »
Le roi reconnut bien sa faute; et pour récompenser Galiot, il le fit son grand-écuyer. A la paix, Galiot se retira dans sa terre d’Acier, où il fit construire un château et le meubla magnifiquement. Quelques courtisans en conçurent de la jalousie, et représentèrent au roi qu'il n'était pas possible que Galiot fit des dépenses aussi considérables sans avoir amassé de l'argent d'une manière illicite.

« Le roi le manda donc, afin qu'il eût à s’expliquer sur sa fortune. Sire, lui dit Galiot, il faut que je confesse que quand je vins à votre service je n'étais nullement riche ; mais que par votre moyen et grâce je me suis fait tel que je suis. C'est vous qui m'avez donné les biens que je tiens ; vous me les avez donnés librement; mais librement vous me les pouvez ôter,  et suis prêt à vous les rendre tous. Pour quant à larcin, faites-moi trancher la tête, si je vous en ai fait aucun. Le roi fat attendri de ce discours et lui dit : Bon homme, oui, vous dites vrai de tout ce que  vous avez dit ; aussi ne veux-je reprocher ni ôter ce que je vous ai donné. Vous me le redonnez, et moi  je vous le rends de bon cœur; aimez-moi, et me servez toujours bien comme vous avez fait. »

Galiot fut nommé gouverneur du Languedoc en 1545, mais il ne jouit pas long-temps de cet honneur; il mourut l'année suivante.

 

Son costume : Le manteau de Jacques Galiot de Genouillac est ici bleu-céleste. Le pourpoint est violet-clair ainsi que les manches, dont les taillades sont de la même couleur que le manteau. Le pantalon est jaune-nankin. La lassure qui retient le manteau sur les épaules est or, ainsi que la ceinture et la poignée de l’épée dont le fourreau est blanc. La coiffure est une espèce de réseau écarlate, bandé et brodé or.

 

 

Costumes français
Jacques Ricard de Genouillac sur Wikipedia

 

Si vous voulez toute la liste des G
cliquez ici

 

 

 

 

Haut de page

droits déposés
Dépôt de Copyright contre toute utilisation commerciale
des photographies, textes et/ou reproductions publiées sur ce site
Voir explications sur la page "Accueil"

Plan de site Recherches Liens e-mail