Accueil Présentation Contenu Galerie Répertoire Lieux Thèmes

Agnès Sorel, maîtresse et favorite de Charles VII
1422 - 1450

Les costumes en France à travers les âges

Agnès Sorel, dessin de Léopold Massard - reproduction © Norbert Pousseur

Gravure (de Léopold Massard) et texte extrait de l'ouvrage
'Costumes français depuis Clovis jusqu'à nos jours', publié par A. Mifliez en 1855

 

Agnès Sorel, dame de Fromenteau, village de Touraine, vit le jour dans cette terre l’an 1409 (sic - sans doute une erreur typographique - et donc il faut retenir pour sa naissance la date 1422. En effet Charles VII n'a pas pu tombé amoureux en 1443 d'une femme d'une quarantaine d'anée...). Elle était fille de Jean Sorel, seigneur de Saint-Germain et de Catherine de Maignelais. Élevée avec soin, Agnès devint une des plus aimables et des plus belles personnes de son temps.

Le roi Charles VII, ayant eu la curiosité de la voir, ne put résister à ses charmes. Il la plaça auprès de la reine en qualité de fille d’honneur, et lui donna le château de Beauté-sur-Marne et plusieurs autres terres. Agnès se défendit longtemps. « Toute simple demoiselle que je suis, disait-elle un jour au brave Poton de Xaintrailles, la conquête du roi ne sera pas facile ; je le révère et l’honore, mais je ne crois pas que j’aie  rien à démêler avec la reine à son sujet. » Elle ne tint point parole. Charles VII fut si épris d’elle, qu’il en vint jusqu’à quitter le soin de son royaume et des affaires publiques. Mais Agnès, née avec un esprit au-dessus de son sexe, lui reprocha son indolence et lui inspira le désir de recouvrer le trône de ses ancêtres. Elle gouverna ce prince tant qu’elle respira, et mourut le 9 février 1450, au château de Mesnil, à un quart de lieue de Jumièges.

Plusieurs historiens prétendent qu’on l’avait empoisonnée par ordre du Dauphin Louis XI, qui ne l’aimait point, parce que son père l’aimait trop ; mais c’est une con­jecture qui n’a d’autre fondement que le caractère de ce prince. Ce qu’il y a de vrai, c’est que Louis XI  se trouvant dans l’église de Loches où elle avait été enterrée, les chanoines, croyant lui faire leur cour, le prièrent de faire enlever de leur chœur un objet si propre à les scandaliser. « J’y consens, répondit le monarque, mais il faut rendre auparavant tout ce   que vous avez reçu d’elle. » En effet, Agnès Sorel, pour avoir son tombeau dans le chœur de l’église de Loches, avait donné au chapitre deux mille écus d’or, une magnifique tapisserie et divers joyaux. On dit que le roi François Ier, se trouvant un jour, dans la maison d’Artus-Gouffier de Boissy, comte d’Étampes, autrefois son gouverneur, et pour lors grand-maître de France, s’amusa à feuilleter un portefeuille dans la chambre de Mme de Boissy. Cette dame, de la maison d’Hangest, aimait la peinture, et avait dessiné le portrait de diverses personnes illustres, entre autres celui d’Agnès Sorel. Le roi fit des devises et des vers pour chacun de ces portraits, et écrivit ceux-ci de sa propre main pour la belle Agnès :

Plus de louange et d'honneur tu mérite,
La cause étant de France recouvrer,
Que ce que peut dedans un cloistre ouvrer
Close nonnain ou bien dévot ermite.

Tous les poètes, à l’exemple de ce prince, jetèrent des fleurs sur le tombeau d’Agnès, et son nom fut aussi fameux dans la France, mais moins fatal que celui d’Hélène l’avait été dans la Grèce ; on l’appelait communément la Belle des Belles, et ce fut pour lui conserver cet éloge jusque dans son nom que Charles lui donna le château de Beauté, près Vincennes.

Agnès Sorel eut trois filles de Charles VII : l’aînée Charlotte eut un sort funeste. La seconde fut mariée à Olivier de Coetivi, seigneur de Taillebourg. La troisième à Antoine de Beuil, comte de Sancerre. La postérité masculine du frère d’Agnès Sorel finit dans son petit-fils.

 

Son costume : cette planche reproduit le portrait le plus authentique qui se trouve à la Bibliothèque royale, de cette femme célèbre. Il est du XVe siècle. Le costume se compose de deux robes ou tuniques,  celle de dessous, qui ne descend que jusqu’aux genoux, est rose, bordée d’or et rejetée en châle sur les épaules; le châle est blanc bordé de jaune. La robe de dessus cache une partie de la gorge et descend jusqu’aux bouts des pieds ; sa couleur est vert-clair. Les souliers sont noirs. La coiffure se compose d’un chapelet ou bandeau de perles, enrichi de pierres précieuses et d’une coiffe blanche bordée de perles entourées d’or et bandée de même.

 

COEFFE ou Coiffe. substantif féminin. Couverture légère de la tête, tant pour les hommes que pour les femmes. À l’égard des hommes, on ne le dit que, de la doublure, de la forme du chapeau qui est de satin, de taffetas, de treillis, et d une garniture de bonnet de nuit qui est de linge, et qu’on change quand elle est sale, ou de celle qu’on met sous une perruque.
Ce mot, selon Ménage, vient de cufa, ou de gufa, qui signifie un vêtement velu ; et les Grecs ont dit aussi koufia en la même signification de coiffe. Ou bien il vient de l’Hébreu cupha, qui signifie un vêtement qu’une femme met sur sa tête. Du Cange dit qu’on a dit dans la basse latinité cuphia, cofea, coeffa, et cucufa en la même signification.
À l’égard des femmes, ce sont des couvertures de taffetas, de gaze, de crêpe, qu’elles mettent quand elles sortent, ou quand elles n’ont pas ajusté leurs cheveux. On appelle aussi des coiffes à dentelle, des coiffes de cornette, celles qu’elles portent dans le lit, ou quand elles sont en déshabillé.


 

Dictionnaire de l'habillement      /        Costumes français
Article de Wikipedia


Si vous voulez toute la liste des S
cliquez ici

 

 

Haut de page

droits déposés
Dépôt de Copyright contre toute utilisation commerciale
des photographies, textes et/ou reproductions publiées sur ce site
Voir explications sur la page "Accueil"

Plan de site Recherches Liens e-mail